Votre actualité au quotidien

Sebastien Loeb au volant de la Citroën C3 WRC pour des essais en Catalogne

Sébastien Loeb participera à de nouveaux essais avec la Citroën C3 WRC, ce mercredi sur terre en Catalogne.
Continuer la lecture

Mondiaux de cyclisme: Vieux et dépassé? Et si Cyrille Guimard nous faisait gagner le maillot arc-en-ciel

Nommé sélectionneur à la surprise générale, l’ancien mentor d’Hinaut et Fignon doit redorer l’image de l’équipe de France en Norvège…
Continuer la lecture

Le mot Noir !

Le mot Noir


«Même le mot noir devient tabou, c’est de la pure folie»

Langage. Georges Lebouc écharpe et décortique le politiquement correct.

Recueilli par CATHERINE MALLAVAL

lundi 10 décembre 2007

Vous rêvez de vous fondre dans le ronron de l’époque, en causant bien lisse, sans la moindre once de malice ? Vous aspirez à devenir le Mr. Propre du français, jamais en reste d’expressions javellisées comme «précipitations» (à croire que ça mouille moins que la pluie), «plan de sauvegarde de l’emploi» (nettement plus social que licenciements collectifs) ou «arts premiers» (plus distingués qu’arts primitifs), sans oublier «frappes chirurgicales» ou «dommages collatéraux» ? Le Parlez-vous le politiquement correct ? que vient de publier le Pr Georges Lebouc (1) et, en particulier, son lexique vont devenir votre livre de chevet.

Sur le même sujet

Vous fulminez quand on vous dit «cet apprenant souffrait d’un surcroît pondéral qui ne lui permettait pas de briller au cours des séquences de motricité», plutôt que «cet élève obèse ne pouvait pas briller au cours de gym» ? Georges Lebouc, philologue en retraite, mi-français, mi-belge, est aussi votre ami. Lui qui s’agace sec contre cette façon que l’on a de ne «plus appeler un chat un chat». Entretien avec un homme qui a le bon goût d’avoir fait sienne cette exquise citation de Montesquieu : «La gravité est le bonheur des imbéciles.»

Quel comble du «politiquement correct» vous a poussé à écrire ce livre ?

Le mot «océaniser», qui signifie couler un navire-poubelle, donc polluer les océans, me fait particulièrement bondir. Mais plus que tel ou tel mot, comme «partir» pour mourir, c’est la dérive du politiquement correct qui m’exaspère. Nous sommes en effet passés d’une volonté de ne pas choquer au délire. Tant qu’il s’agit de parler de malentendants, ou de déficients auditifs ou de handicapés auditifs plutôt que de sourds, de sourdingues, des durs de la feuille qui auraient les portugaises ensablées, passe. Même si hélas, malgré les miracles qu’il accomplit, le politiquement correct ne parviendra à réparer cette infirmité, ou plutôt ce handicap comme on dit maintenant. Bref, quand dans le même souci de ne pas choquer ou exclure on cherche à éviter des discriminations raciales, sexuelles ou sociales, par exemple en revalorisant (prétendument) certains métiers par une terminologie plus huppée comme «technicien de surface» (balayeur) ou «hôtesse de caisse» (caissières)… pourquoi pas. Mais quand une institutrice se fait vilipender lors d’une inspection parce qu’elle parle du tableau noir et que le mot noir devient à lui seul un tabou, c’est de la pure folie.

Quels sont les domaines les plus affectés ?

Tous le sont. Mais l’économie est un terrible domaine où les mots sont là pour éviter de dire les choses. Comme s’il était moins pénible d’être «licencié» ou «restructuré» que mis à la porte. Tous les substituts aux vilains mots sont bons : «réajuster» au lieu de dévaluer, «réaménager» plutôt que réduire, «ouverture du capital» à la place de privatisation, «lignes de production» en guise de travail à la chaîne… Quant aux anciens travailleurs à la chaîne, deviendront-ils des chômeurs ? Jamais ! Tout au plus des «demandeurs d’emploi» ou des «sans-emploi», voire des «personnes en cessation d’activité ou de travail», en «mise en disponibilité» ou même «mise en non-activité»…

Mais comment ces mots sont-ils «aplatis» ?

Ils reposent sur des procédés qui ne sont pas loin de devenir des tics. Comme le but est de ne pas appeler les choses, on recourt à des formulations négatives, comme «non»-apprenant (un cancre) ou «mal»-sachant, ou «contre»-performance (en fait, un échec), «sans»-abri (clodo), «dys»-fonctionnement (qui vaut tellement mieux qu’une bavure policière, par exemple).

Autre astuce tout aussi caricaturale, le recours au langage scientifique. Comme s’il était préférable de dire aliénation que folie, oncologie ou carcinologie que cancérologie. Il y a également l’utilisation de mots étrangers : on n’est plus un homosexuel montré du doigt quand on est gay. Sans oublier le recours aux acronymes, HLM, IVG, HP… De bien beaux euphémismes !

D’où nous vient cette entreprise de lissage ?

Des Etats-Unis dans les années 90. Il s’agissait alors principalement de lutter contre le racisme quand une classe moyenne de Noirs américains a vraiment commencé à émerger. L’expression politically correct qui découle de la political correctness nous vient de là.

Pourtant, ce n’est pas une première dans l’histoire…

Effectivement, ce ridicule a déjà existé sous la forme d’une préciosité dont Molière s’est moqué. Mais il s’agissait à cette époque-là et de briller dans la conversation et de raffinement, avec toutes sortes de métaphores succulentes. Ainsi il y avait le «conseiller des grâces», qui désignait un miroir, l’«antipode de la raison» pour une sotte, les «commodités de la conversation» pour des fauteuils, ou encore un «traître» pour parler d’un paravent. Mais l’oscar des expressions précieuses va sans conteste aux pauvres porteurs de chaise devenus des «mulets baptisés» !

Ça va durer longtemps cette histoire ?

En fait je crois que le XXe siècle a tellement été barbare qu’on avait peut-être besoin d’un épisode lénifiant. Une dizaine de mots apparaissent encore tous les quinze jours. Mais c’est une mode. Et l’on passera brutalement à autre chose.

(1) Coll. «Autour des mots», éditions Racine, 128 pp., 15,70 euros.

Source – http://www.liberation.fr


ÉDITO

Augmentation des médecins généralistes à compter du 1er novembre. C’est une nouvelle fois enfoncer le déficit de l’assurance maladie uniquement pour satisfaire une profession qui n’est pas vraiment à plaindre. Les médecins sont des semi-fonctionnaire puisqu’ils perçoivent l’argent venant de caisse public (le paiement à l’acte). De plus cela ne changera rien pour le client du point de vue médical car même sans cette augmentation injustifié le médecin aurait tout de même fait son travail. 14/09/2017

Plus d’informations sur notre page Facebook

PS : la vente du siège de Solférino bouscule les ténors du parti

Au lendemain de l'annonce de la vente du siège du PS à Paris, rue de Solférino, Stéphane Le Foll et François Rebsamen n'ont pas caché leur émotion et leurs doutes.
Continuer la lecture

Plus de 200 morts dans un puissant séisme au Mexique

De magnitude 7,1, la secousse a frappé le centre du pays et causé l’effondrement de plusieurs immeubles dans la capitale Mexico. 32 ans jour pour jour après un séisme qui avait fait plus de 10.000 morts, les secouristes tentent de retrouver des survivants.
Continuer la lecture

Disparition de Maëlys : les parents reçus par les juges

Plusieurs heures durant, hier matin au palais de justice de Grenoble, les parents de Maëlys, cette enfant disparue dans la nuit du 26 au 27 août lors d’un mariage à Pont-de-Beauvoisin (Isère), ont été reçus par les magistrats instructeurs en charge de ce dossier ouvert pour enlèvement et séquestration.
Continuer la lecture

Ouverture de la PMA pour toutes en 2018 : un nouveau clivage s’annonce

Société. L’ouverture à la procréation médicalement assistée à toutes les femmes sera proposée par le gouvernement dans le cadre de la révision de la loi bioéthique en 2018.
Continuer la lecture

Terra Nova propose d’assouplir l’organisation des études universitaires

Le cercle de réflexion Terra Nova propose dans un rapport d’introduire davantage de souplesse dans le calendrier et l’organisation des études.
Continuer la lecture…

La vérité sur… les ratés de la livraison à domicile

Colis abîmés, retardés, égarés, volés… La qualité et la rapidité de l’expédition mises en avant par les sites d’e-commerce sont loin de correspondre à la réalité.
Continuer la lecture…

 

Marine Le Pen : «Mélenchon, je n’en peux plus !»

La présidente du FN fait sa rentrée médiatique ce jeudi après une longue cure de silence. Elle trépigne d’impatience de reprendre le flambeau de l’opposition, monopolisé par la France Insoumise.
Continuer la lecture…