Electricité : un nouveau mode de calcul sera mis en place d’ici à l’an prochain

Electricité : un nouveau mode de calcul sera mis en place d’ici à l’an prochain. « Je vais proposer que l’on puisse modifier le mode de calcul pour l’année prochaine », a annoncé vendredi sur CNews le ministre de la Transition écologique, François de Rugy.

« Le mode de calcul actuel ne nous satisfait pas », a-t-il précisé. « Cette année, nous sommes dans ce qui a été prévu par la loi et nous devons évidemment appliquer la loi », a poursuivi François de Rugy.

Les concurrents d’EDF jugent que les volumes qui leur sont accordés – 100 térawattheures par an au maximum – sont insuffisants. EDF doit vendre, depuis 2010, jusqu’à un quart de sa production aux fournisseurs alternatifs (Engie, Total Direct Energie…), à un tarif régulé de 42 euros le mégawattheure. Tarif souvent bien inférieur aux prix de marché actuels (ces derniers dépassaient les 60 euros en fin d’année dernière).

Seulement voilà, EDF s’oppose vigoureusement au déplafonnement. « Une telle mesure pénaliserait lourdement les comptes de l’entreprise », explique Jacques Percebois, professeur émérite à l’université de Montpellier et ancien membre de la commission Champsaur qui a donné naissance au régime tarifaire actuel.

Le PDG, Jean-Bernard Lévy, défend un nouveau dispositif avec un « corridor » de prix – un plancher et un plafond -, qui permettrait de sécuriser ses revenus.

Le dispositif actuel est « asymétrique », a-t-il expliqué dans une interview aux « Echos » en février . « Nos concurrents se fournissent sur le marché quand les prix sont plus bas que l’Arenh, et à l’Arenh quand les prix remontent, nous privant de la hausse.

A lire aussi : La majorité gênée par la nomination de la femme de Gilles Le Gendre à la FDJ




Vous pouvez aussi aimer

Laisser votre commentaire