18 mai 2024

Votre Actualité au Quotidien

politique, médias, religieux, sport …Allez à l'essentiel

réactions au moral des ménages

Voici des réactions d’économistes après l’annonce par l’Insee d’une baisse du moral des ménages en octobre. Après la bonne surprise de l’augmentation de leurs dépenses de consommation en septembre, les ménages français n’ont malheureusement pas transformé l’essai avec l’enquête de l’Insee mesurant leur moral.



En effet, après un léger rebond en septembre, l’indice de confiance des Français a rechuté de trois points en octobre, retrouvant son plus bas historique de juillet dernier.

Cette dégradation s’explique principalement par les craintes sur le niveau de vie future dans l’Hexagone et sur les perspectives d’augmentation du chômage qui flambent de 17 points, après avoir déjà progressé de 29 points entre juin et septembre.

Cependant, il faut également noter que les ménages sont de moins en moins inquiets sur l’évolution passée et future des prix ainsi que sur l’évolution récente de leur situation financière personnelle.

Autrement dit, les craintes de dégradation du pouvoir d’achat qui étaient les principales raisons de la baisse de la confiance des ménages jusqu’à l’été dernier sont en train de s’apaiser.

Enfin, les ménages se déclarent de moins en moins enclins à épargner.

Certes, notamment parce qu’ils n’en ont pas les moyens, mais aussi parce qu’ils pourraient profiter du contexte de crise actuelle pour se lancer dans un comportement de “carpe diem”.

Finalement, mieux vaut dépenser massivement non seulement pour profiter de la baisse des prix mais aussi parce que si l’épargne doit encore se dévaloriser dans les prochains mois autant en profiter dès à présent pour consommer.

Et ce d’autant que la baisse des cours des produits énergétiques et alimentaires redonnent de la marge de manoeuvre pour le autres types de consommation.

A -47, l’indice résumé de confiance reprend une baisse entamée en juillet 2007, et retrouve son niveau du mois du juillet 2008, un plus bas historique depuis la création de cette enquête (1987).

Dans les mois à venir, les ménages vont continuer à bénéficier du repli de l’inflation, et à subir le ralentissement des créations d’emplois et la hausse du taux de chômage, deux mouvements aux effets opposés sur la confiance et le pouvoir d’achat.

Dans ces conditions, nous maintenons notre prévision d’un repli de 0,1% du PIB au troisième trimestre 2008 avant une stagnation en T4, de sorte que la croissance en moyenne sur l’année 2008 n’excèdera pas 0,9%. Source

N'hésitez pas à nous suivre et à nous aimer :
author avatar
Société de médias - PCI

Laisser votre commentaire

Envoi par email
RSS