Plus pour le climat, Bruno Le Maire, appelle la Place financière à en faire davantage

Plus pour le climat, Bruno Le Maire, appelle la Place financière à en faire davantageLors de la journée du financement climatique ( Climate Finance Day), perturbé par des défenseurs de l’environnement, le ministre des Finances a jugé l’effort des institutions financière « pas suffisant » au regard de l’Accord de Paris.

À quelques jours de la COP 26, la Place financière de Paris tenait mardi sa grand-messe climatique, la journée du financement climatique. Mais, à peine Bruno Le Maire avait-il fini son discours d’introduction que des alarmes se sont mises à retentir dans le grand auditorium du Palais Brogniart, à Paris. Plusieurs activistes ont, en effet, interrompu la conférence pour critiquer ce qu’ils ont qualifié de journée de « éco-blanchiment ou greenwashing ».

La journée devait souligner les efforts faits par les acteurs de la Place de Paris en termes de climat, à quelques jours de la COP 26, où la mobilisation de la finance est présentée comme l’un des principaux objectifs de ces deux semaines.

À CONSULTER AUSSI >> Bruno Le Maire part en guerre contre le marché européen de l’énergie

Le ministre de l’Économie a appelé tous les acteurs financiers à s’engager dans une trajectoire crédible, transparente avec un calendrier contraignant afin de réduire « l’intensité carbone d’investissements en lien avec l’accord de Paris » d’ici à 2022.

Le deuxième rapport de suivi des engagements climatiques des institutions financières publié ce mardi par l’Autorité des Marchés Financiers et de l’Autorités de Contrôle Prudentiel et de Régulation est également dur avec la Place financière de Paris, qui se targue d’être à la pointe de la finance verte.

Pour ces dernières, une ligne de front est en train de se dessiner entre les acteurs de la Place de Paris. « Il y a ceux qui ont entendu l’appel de l’Agence internationale de l’énergie à cesser immédiatement de financer tout nouveau projet de production d’énergie fossile et les autres », regrette Lucie Pinson, directrice générale de l’ONG Reclaim Finance.

« Il est beaucoup plus facile de prendre des engagements sur le pétrole et le gaz lorsque l’on ne finance déjà que très peu ce secteur », grince un banquier.

Vous pouvez également aimer

Laisser votre commentaire

Quitter la version mobile