Votre Actualité au Quotidien

politique, médias, religieux, sport …Allez à l'essentiel

Les Français et leurs rêves : argent, intelligence, beauté…

Les Français et leurs rêves : argent, intelligence, beauté…

banniere critiquejeu ifop

Une enquête exclusive de l’IFOP pour Critiquejeu.info


illustration joueur VIP au casino

À l’occasion de la journée mondiale du rêve le 25 septembre, Critiquejeu.info a confié à l’IFOP le soin d’interroger plus de 1 000 Françaises et Français sur leurs désirs en matière de richesse, d’intelligence ou encore de beauté. Si cela leur était possible, que privilégieraient-ils entre ces trois propositions ? Quelle somme leur permettrait de vivre la vie qu’ils souhaitent ? Que feraient-ils s’ils gagnaient le pactole ? Et jouent-ils en proportion avec leurs aspirations ?

Les résultats de cette étude le montrent clairement, la possibilité d’avoir suffisamment d’argent pour ne plus avoir besoin de travailler l’emporte sur les autres considérations, quand bien même l’éventualité d’être particulièrement intelligent – et par conséquent de gagner beaucoup d’argent aussi ? – séduit une part importante de nos concitoyens.

Mais il apparait distinctement que les rêves d’argent, la somme qui semble nécessaire à vivre sans réserve la vie que l’on souhaite ou encore les différentes manières d’utiliser un gain important varient en fonction du genre, de l’âge et du niveau de revenus des répondants. Il en va de même pour le profil des joueurs qui tentent chaque mois – c’est le cas de 4 Français sur 10 – leur chance dans l’espoir de décrocher le pactole.

S’affranchir d’abord du travail

Plus de 6 Français sur 10 (62%) indiquent rêver souvent ou parfois d’être très riches au point de ne plus avoir à travailler. Une tendance légèrement plus marquée chez les femmes (64%) que chez les hommes (60%), et qui culmine à 78% chez les moins de 35 ans, contre seulement 59% après 35 ans.

Cette aspiration concerne en moyenne les 2/3 des personnes percevant moins de 3 000 euros nets par mois, soit 10 points de plus que les sondés aux revenus supérieurs à 3 000 euros nets (55%). Ainsi, plus l’on dispose de moyens confortables et moins l’on fantasme sur la possibilité d’avoir suffisamment d’argent pour ne plus avoir à travailler.

infographie resultats enquete IFOP

Outre l’appel de la richesse, 40% des Français caressent aussi le rêve d’une intelligence supérieure qui susciterait l’admiration des autres. Les hommes (42%) sont légèrement plus nombreux que les femmes (38%) à être séduits par cette perspective, qui rallie également plus fortement les jeunes de moins de 35 ans (61%) comparativement aux plus de 35 ans (35%). A l’inverse du rêve de richesse, le désir d’intelligence progresse avec le niveau de vie. Il ne motive que 39% des personnes gagnant moins de 1 000 euros par mois, mais touche près de la moitié (49%) des sondés percevant plus de 3 000 euros.

Si cela leur était possible, un tiers des Français (34%) aimeraient être si beaux qu’ils séduiraient tous leurs partenaires sexuels potentiels. Un rêve qui se conjugue bien plus au masculin (40%) qu’au féminin (28%). À l’évidence, la soif de plaire et de séduire s’émousse inexorablement avec l’âge : 48% des moins de 35 ans (et 51% des 18-24 ans) sont sensibles à ce fantasme contre seulement 29% des plus de 35 ans (et 19% des plus de 65 ans). Côté revenus, c’est chez celles et ceux gagnant moins de 1 000 euros nets par mois que l’on aspire le plus (46%) à bénéficier de cette infaillible attractivité.

Richesse et intelligence au coude à coude

Lorsqu’on leur demande de choisir un seul de ces rêves, les Françaises et les Français se montrent très partagés entre la richesse (49%) et l’intelligence (46%). En revanche, une très faible minorité (5%) place la beauté en tête. L’argent et un cerveau bien fait sont donc considérés comme des atouts bien plus puissants et plus concrets que la seule apparence physique.

Si peu de différences apparaissent en fonction du genre des personnes interrogées, des écarts notables se font jour au regard de l’âge des répondants et de leur situation financière. Ainsi, quand 53% des 18-24 ans privilégient la richesse et 39% l’intelligence, seulement un tiers (33%) des plus de 65 ans citent l’argent en premier lieu, loin derrière la perspective d’un intellect performant (66%).

26 millions d’euros, le gain moyen pour une vie de rêve

Questionnées sur la somme d’argent qui leur serait nécessaire pour mener la vie de leurs rêves, 50% des personnes interrogées se contenteraient de moins d’1 million d’euros (dont un tiers de moins de 100 000 euros), 28% la situent entre 1 et 5 millions d’euros tandis que 22% estiment qu’ils y accèderaient en disposant d’un capital de plus de 5 millions d’euros.

En entrant dans le détail des revenus des répondants, l’on constate de fortes disparités quant à la somme qui pourrait changer leur vie : par exemple, 67% de celles et ceux disposant de moins de 900 euros par mois considèrent qu’ils pourraient exaucer leurs rêves en recevant jusqu’à 1 million d’euros contre 31% des Françaises et Français gagnant plus de 2 500 euros mensuels.

Logiquement, les seniors dont on a coutume de dire que « la vie est faite » sont ceux dont les besoins apparaissent les moins importants en la matière, près de la moitié (46%) des plus de 65 ans se contentant de 100 000 euros et moins quand ce n’est le cas que du tiers (33%) des 18-24 ans.

Invités à indiquer librement à quel pactole ils aspirent réellement pour s’affranchir de toute contingence, les montants indiqués par les Françaises et les Français s’envolent littéralement. En effet, la moyenne de leurs réponses dépasse les 26 millions d’euros, avec un pic à plus de 45 millions parmi les catégories modestes, soit plus de deux fois et demie la somme globalement mentionnée par les catégories aisées (17,6 millions). Des sommes qui peuvent paraitre folles, mais qui sont en rapport avec les gains régulièrement proposés aux tirages d’EuroMillions par exemple.

Priorité à la famille et aux voyages

Face à un gain conséquent, près des deux tiers (65%) des personnes interrogées choisiraient de ne le dire à personne, probablement pour se protéger dans un premier temps avant d’envisager la meilleure manière de disposer de leur pactole.

Altruistes, les Françaises et les Français penseraient d’abord à leur famille et à leurs amis – ils sont 84% à le dire – s’ils venaient à gagner la somme dont ils rêvent, et n’oublieraient pas de donner à une association (54%). Viennent ensuite l’envie de voyager pour plus de 8 sur 10 (83%) et l’achat d’un bien immobilier (80%), bien avant l’acquisition d’une voiture de luxe qui ne séduit qu’1 répondant sur 5 (21%).65%

infographie resultats enquete IFOP

En cas de rentrée d’argent conséquente, 56% des actifs disent qu’ils arrêteraient de travailler, notamment ceux âgés entre 50 et 64 ans (70%). Les hommes sont également bien plus nombreux que les femmes à vouloir cesser leur activité professionnelle si un gain d‘argent le leur permettait (63% contre 48%). Par ailleurs, avoir ainsi la possibilité de créer sa propre entreprise séduit quelque 28% des sondés et près de la moitié (48%) des moins de 35 ans.

4 Français sur 10 jouent chaque mois

Si 62% des Françaises et des Français rêvent d’être riches au point de ne plus devoir travailler, seuls 39% tentent leur chance en jouant chaque mois à des jeux d’argent, les jeux de tirage (Loto, EuroMillions…) et les jeux à gratter arrivant largement en tête des pratiques devant les paris sportifs les paris hippiques, le poker, les jeux de casino (black jack, roulette…) et les machines à sous.

Jouer à des jeux d’argent est une activité plutôt masculine puisque plus du tiers (35%) des Français interrogés disent y jouer au moins une fois par mois contre à peine plus du quart (26%) des Françaises.

C’est parmi les catégories modestes (entre 900 et 1 300 euros de revenus) que l’on trouve la proportion la plus élevée de joueuses et joueurs mensuels (44% contre 33% chez les plus aisés). Les 25-34 ans et les 50-64 ans sont aussi ceux qui s’y adonnent le plus parmi les différentes tranches d’âge des répondants (43% jouent mensuellement).

Étude réalisée par l’IFOP pour Critiquejeu.info du 12 au 13 septembre 2023 par questionnaire auto-administré auprès d’un échantillon de 1015 personnes âgées de 18 ans et plus, représentatif de la population française.

 

Envoi par email
RSS