Les Bourses mondiales balayées par un krach historique

La peur et l’irrationnel se sont emparés des marchés financiers, vendredi 10 octobre.A Tokyo, Londres, New York, Sao Paulo, les places boursières ont vécu une séance de panique et de krach, qui est venue clôturer une semaine de chute historique.L’indice Dow Jones a plongé de 18 % en cinq jours, soit 1 800 points, du jamais-vu à Wall Street.
Les 15 pays de l’Eurogroupe, dont les chefs d’Etat et de gouvernement se réunissent dimanche à Paris, discutent d’un dispositif de sauvetage du système bancaire européen « inspiré du plan britannique », a-t-on appris samedi auprès de la présidence de la République française.

« Le vendredi noir », proclamait le quotidien londonien Evening Standard à l’issue de la pire semaine dans l’histoire du Footsie Index, l’indice des cent premières capitalisations de la Bourse de Londres.

« L’ampleur et la raison sous-jacente de cette dégringolade sont uniques », souligne David Evans, analyste auprès de BetOnMarket.com.

Dans la City, quel que soit l’interlocuteur, un leitmotiv revient : les mesures d’assainissement du secteur bancaire ont été trop tardives.

Le gouvernement britannique aurait dû agir dès le déclenchement de la crise de la caisse hypothécaire, Northern Rock, en septembre 2007, nationalisée en février.

Le 10 octobre, la chute de la Bourse de Londres a été aggravée par les ventes massives d’actions par des hedge funds endettés jusqu’au cou et cela sur un marché déjà baissier, accélérant la déroute.

Selon le Center of Business and Economic Research, un centre d’études londonien, la capitale pourrait perdre 120 000 emplois en 2009, principalement à la City.

L’économie réelle est déjà affectée par la crise.

En cause, la pénurie de crédits accordés par les banques, notamment aux PME.

Vendredi, elle a connu une journée erratique : le Dow Jones perdant « peu » (1,49 %) après la chute historique de la veille ; le Nasdaq (valeurs technologiques) gagnant 0,27 %. Source

Vous pouvez aussi aimer

Laisser votre commentaire