L’État se retire du projet de relocalisation des cycles Mercier dans les Ardennes

L’État se retire du projet de relocalisation des cycles Mercier dans les ArdennesCe projet vise à rapatrier la production de vélos mécaniques et électriques Mercier fabriqués jusqu’à présent en Asie dans usine à Revin, une commune de 6000 habitants.

L’État a décidé de retirer son soutien au projet de relocalisation des cycles Mercier à Revin (Ardennes), sans en indiquer la cause, un projet pour lequel « plus de cinq millions » de subventions publiques étaient en jeu, a indiqué vendredi le préfet.

Le retrait du soutien de l’État fragilise ce projet de relocalisation industrielle qui vise à rapatrier la production de vélos mécaniques et électriques fabriqués jusqu’à présent en Asie dans une nouvelle usine sur une ancienne friche industrielle de cette commune de 6000 habitants, proche de la frontière belge.

Au total, au moins cinq millions d’euros de subventions publiques – dont 800 000 euros de subvention du Fonds d’accélération des investissements industriels – devaient être alloués pour accompagner ce projet, qui prévoyait la création de 270 emplois sur le site d’ici à cinq ans.

À LIRE AUSSI >> Le vélo made in France, ces industriels qui veulent le généraliser

Selon le préfet, l’État a toutefois pris des « engagements » pour « redéployer les aides publiques qui devaient être consacrées à ce projet » vers « d’autres projets ardennais (…), prioritairement du secteur de Revin ».

« L’État ne peut pas faire des annonces comme ça sans avoir pris des garanties suffisantes. Avant de sortir du bois, il faut être sûr », a déploré, « en colère », le député des Ardennes Pierre Cordier, affirmant que le territoire, « avec 27% de chômeurs, » est « marqué par cette parole de l’État qui n’est absolument pas suivie d’effets. »

« À l’occasion de l’instruction du dossier, un certain nombre d’alertes nous sont parvenues qui ont suscité des investigations complémentaires et conduit l’État à indiquer qu’il ne peut pas finalement accorder les subventions qui étaient prévues », a déclaré vendredi le préfet des Ardennes, Jean-Sébastien Lamontagne.

Vous pouvez également aimer

Laisser votre commentaire

Quitter la version mobile