Le jubilé de la Reine Elizabeth

David Parker afp.com.
LONDRES – « The show must go on » : Elizabeth II a conclu mardi sur une note plus solennelle les quatre jours de célébrations éclatantes de son jubilé de diamant, avec pour seule ombre au tableau l’absence de son mari, le prince Philip, en observation à l’hôpital.
La reine, longuement ovationnée la vieille au soir lors du finale d’un concert pop d’anthologie au pied du palais de Buckingham, a été accueillie dans la matinée sous les hourra d’une foule compacte, à son arrivée pour une messe d’action de grâces en la cathédrale Saint-Paul.
De nombreux représentants de la famille royale, des corps constitués et les Premiers ministres présent et passés, occupaient les travées, y compris John Major qui a récemment dit d’elle : »Quand les gens évoquent +la reine+, où que ce soit dans le monde, c’est à +notre reine+ qu’ils font généralement référence ».



Dans la foule des badauds aux alentours de l’édifice religieux, mélange de classique et baroque ayant abrité les plus grandes heures de la Monarchie, la ferveur était au rendez-vous.

Pamela Stretton, une retraitée de 67 ans venue du Yorkshire, s’est levée à 05H00 dans l’espoir d’entrevoir la souveraine « en chair et en os ».

A l’issue de la cérémonie, la reine devait gagner dans sa Bentley blindée Westminster Hall, le siège du parlement, pour un déjeuner en présence de 700 convives.

« The show must go on », titraient mardi plusieurs journaux en référence à l’absence de Philip et au concert donné lundi soir, en présence de la fine fleur de la scène britannique et mondiale, de Paul McCartney à Elton John, anoblis par la reine.S

Vous pouvez aussi aimer

Laisser votre commentaire