Les Somaliens privés d’argent pour terroristes

Les Somaliens privés d'argent pour terroristesLes Somaliens privés d’argent pour terroristes. Destiné à enrayer le financement du terrorisme, le durcissement des règles bancaires américaines touche durement les Somaliens: parmi eux les quatre enfants de Mohamed Adan, un habitant de Mogadiscio, désormais privés d’école. L’argent que le frère de Mohamed Adan lui envoie des Etats-Unis, où il gère un petit commerce, paie leur scolarité. Mais, les transferts d’argent en provenance des Etats-Unis, dont dépendent de nombreux Somaliens pour survivre dans un pays dévasté et plongé dans le chaos depuis plus de 20 ans, sont désormais suspendus.

«Pourquoi quelqu’un empêche-t-il mon frère d’aider ma famille», demande Mohamed Adan, qui sort, les mains vides, d’un «hawala», un bureau de transfert d’argent.

Le système de la hawala permet à l’expéditeur de déposer à un guichet d’une compagnie quelque part dans le monde une somme d’argent, remise quelques instants plus tard à son destinataire, à des milliers de km de là, en Somalie notamment.

Il est bien meilleur marché, plus rapide et plus efficace que les services proposés par les banques et permet notamment d’atteindre des zones dépourvues de système bancaire.

Début février, la Merchants Bank of California, qui héberge aux Etats-Unis les comptes de la majorité des entreprises de transfert d’argent vers la Somalie, a décidé de les fermer.

Vous pouvez également aimer

Laisser votre commentaire

Menu Title
Follow by Email
RSS