McDonald’s accusé de tolérer un «harcèlement sexuel systématique»

MacDonald USaCommentaires vulgaires, attouchements, agressions : une coalition internationale de syndicats a saisi lundi l’OCDE, accusant le groupe McDonald’s de tolérer un « harcèlement sexuel systématique » dans ses restaurants dans le monde.

« Ces principes ne sont pas des lois, mais ils créent des obligations pour les sociétés multinationales », a expliqué Lance Compa, un expert en droit international du travail, lors d’une visioconférence.

Les syndicats ont rassemblé des témoignages, avec des allégations allant de « commentaires vulgaires aux agressions physiques » à l’encontre de salariés en Australie, au Brésil, au Chili, en Colombie, en France, au Royaume-Uni et aux Etats-Unis.

Jamelia Fairley, qui travaille depuis quatre ans dans un restaurant franchisé de Sanford, en Floride, a raconté avoir été victime de commentaires à caractère sexuel et d’attouchements de la part de collègues masculins. Elle a fait plusieurs signalements mais l’entreprise « ne les a pas prises au sérieux » et a réduit ses heures de travail, a assuré la jeune femme.

Il s’agit selon la coalition de la première saisine pour « harcèlement sexuel généralisé dans une société multinationale » dans le cadre des principes directeurs de l’OCDE.

McDonald’s affirme qu’il étudierait la saisine dès sa réception.




Vous pourriez aussi aimer

Laisser votre commentaire

Sortir
Masquer