Polémique sur l’importance du satanisme en France

Le satanisme inquiète la Mission interministérielle de vigilance et de lutte contre les dérives sectaires (Miviludes), récemment mise sur la sellette par le ministère de l’intérieur et la directrice de cabinet du président de la République, Emmanuelle Mignon, pour ses méthodes de travail.La Miviludes reconnaît qu’il est « délicat d’identifier le nombre de groupes structurés » et se base, pour ses conclusions, sur les rapports des renseignements généraux et des recherches sur les sites Internet.

Soulignant que « les dérives sataniques inquiètent le grand public », la Mission relève aussi que 92 cas de profanations de cimetières « à caractère satanique » ont été enregistrés en 2007, soit « une augmentation de 300 % sur les trois dernières années ».

Que valent alors ces accents alarmistes autour de « croyance » ou de « pratiques », dont les fondements – Satan, le Diable ou Lucifer – sont fortement inscrits dans l’imaginaire populaire?

Pour Olivier Bobineau, membre du groupe Sociétés, religions, laïcités du CNRS, un temps associé aux travaux de la Miviludes, les chiffres avancés par la Mission sont « absurdes ». Source complète

Vous pouvez également aimer

Laisser votre commentaire

Menu Title