Greenpeace a découvert un champ d’OGM

Celle qui démontrerait que le registre public des parcelles OGM, mis en place en mars et consultable sur Internet (http://ogm.gouv.fr), ne serait qu’un écran de fumée.Mercredi 5 septembre, une vingtaine de militants de l’organisation de défense de l’environnement ont investi un champ de maïs situé sur la commune de Bézéril, dans le Gers.

Quelques jours auparavant, un test pratiqué par l’un de ces « détectives » qui traquent depuis le début de l’été les parcelles de maïs transgénique s’était révélé positif.

Or le registre public, censé répertorier l’ensemble des champs cultivés avec du maïs Monsanto 810 (le seul autorisé en France), indique qu’aucune parcelle OGM n’a été déclarée dans le canton concerné.

Saisie par Greenpeace, la direction régionale de l’agriculture et des forêts (DRAF) affirme avoir lancé des vérifications, dont les résultats devraient être connus d’ici la fin de semaine.

Il aurait affirmé, selon Greenpeace, avoir effectué sa déclaration par l’intermédiaire de la société semencière Pioneer et s’estimerait « dans la légalité ».

Vous pouvez également aimer

Laisser votre commentaire

Menu Title