Kyoto: «Une erreur que le monde ne doit jamais répéter»

Le premier ministre Stephen Harper a mis un terme dimanche à la réunion des chefs de gouvernement du Commonwealth, à Kampala, en Ouganda, en qualifiant le Protocole de Kyoto d’erreur que le monde ne doit jamais répéter.M. Harper a caractérisé l’accord sur les changements climatiques de document présentant des failles, et il a prévenu que le Canada n’appuierait aucun nouveau traité international comportant de telles lacunes.

Le premier ministre a estimé que la principale erreur de Kyoto avait été d’imposer des cibles en terme de réduction des émissions de gaz à effet de serre à trois douzaines de pays, mais pas aux autres, parmi lesquels les plus grands pollueurs du monde comme les États-Unis, la Chine et l’Inde.

Le Canada va donc entreprendre le mois prochain de cruciales négociations post-Kyoto, au cours desquelles il compte faire valoir une position relativement simple: tous les importants pollueurs doivent être la partie, faute de quoi il n’y aura pas d’accord.

«C’était l’erreur de Kyoto», a-t-il déclaré à des journalistes, au terme du sommet de Kampala.

Il y a cinq ans, il avait qualifié l’entente de projet socialiste coûteux et tourné en ridicule la science du réchauffement climatique mondial, au moment de la signature du traité par le précédent gouvernement, libéral.
Harper

Vous pouvez également aimer

Laisser votre commentaire

Menu Title