Itinéraire d’une enfant gâtée

Carla Bruni n’est pas seulement la nouvelle femme de Nicolas Sarkozy.C’est aussi un ancien mannequin né en Italie qui a collectionné les hommes et les succès.C’est l’histoire d’une grande fille riche qui a toujours eu le monde à ses pieds, dans les salons du château familial de Castagno Po, près de Turin, comme sur les podiums des défilés de mode ou, récemment sur scène.

Le père, Alberto, est un industriel reconverti dans la musique dodécaphonique, la mère, Marisa, une pianiste connue sous le nom de Marisa Bornini.

L’aventure dure dix ans, le temps pour Carla de mener la vie trépidante d’une icône de la mode aux côtés de ses voisines de podium, Naomi Campbell, Claudia Schiffer, Linda Evangelista.

«Le mannequinat, c’est comme le sport : à trente ans, on est mort», avoue-t-elle, parfaitement consciente d’être devenue une professionnelle de la célébrité.

Intelligente et cultivée, imprévisible et ambitieuse, elle quitte le métier non sans laisser dans ce milieu, volontiers amnésique, le souvenir d’une femme bien élevée et respectueuse des autres.

Jeune retraitée et férue de musique, classique ou rock, Carla Bruni commence, au début de l’an 2000, à écrire des petits poèmes qu’elle enverra anonymement à Julien Clerc qui les retiendra.
Source complete

Vous pouvez également aimer

Laisser votre commentaire

Menu Title