27 février 2024

Votre Actualité au Quotidien

politique, médias, religieux, sport …Allez à l'essentiel

Aéroport : Notre-Dame-des-Landes

Les tracteurs, les belles gueules de paysans, la pipe, les moustaches Astérix de José Bové ne sauraient tromper : le combat contre «l’Ayraultport» de Nantes n’a rien à voir avec celui, victorieux, des années 1970-80 contre l’extension du camp militaire du Larzac. On gagne certes les batailles d’aujourd’hui avec les souvenirs enluminés des succès d’hier, mais gare aux illusions qui égarent.

Ce n’est pas le même horizon, ni la même lumière, ni la même terre, si grasse et mouillée ici, si sèche et pierreuse là bas, ni le même élevage, les vaches d’un côté et de l’autre les brebis, dont on tire le Roquefort, ce qui est déjà tout un programme de Résistance.

Ce combat symbolique, mythologique même – le Bien contre le Mal- avait permis de rassembler d’abord la gauche de la gauche mais aussi les pacifistes, les écologistes et tous les mouvementistes qui après Mai 68 représentaient une force bien supérieure à l’effervescence de maintenant.

Le haut plateau était devenu un laboratoire social ; on se ressourçait au grand air pour l’inspiration et l’action «alter».

De la paille dans les cheveux et des idées plein la tête, une partie de la génération soixante-huitarde a grandi là, quand d’autres sombraient dans l’errance et la déprime.

Ce qui affaiblit sans doute le gouvernement, et en particulier son chef Jean-Marc Ayrault, à l’initiative de ce projet de plate-forme aéroportuaire!

Invivable contradiction à long et peut-être même à moyen terme pour les verts. Mais les Verts sont sans doute plus en difficulté encore que les socialistes puisque les voilà écartelés entre Paris et Nantes, entre leurs militants qui leur reprochent de tout abandonner – le droit de vote des étrangers, la légalisation du cannabis, aussi bien que la défense des salariés avec le plan compétitivité – et ceux qui veulent conserver leurs postes de ministres comme d’élus pour assoir leur crédibilité dans la durée. Source

N'hésitez pas à nous suivre et à nous aimer :

Laisser votre commentaire

Envoi par email
RSS