27 février 2024

Votre Actualité au Quotidien

politique, médias, religieux, sport …Allez à l'essentiel

Débat présidentiel : l’avènement du cathodique président Hollande

François HollandeSarkozy-NicolasLe casse-tête était à la fois simple à exposer, et presque impossible à résoudre : le candidat devait être pugnace, offensif, et pour autant s’efforcer de garder une hauteur de vues, une posture, un ton quasiment élyséens. Il devait attaquer son adversaire, le « débusquer », le faire sortir de sa réserve, sans perdre de sa stature. Incontestablement, la mission a été accomplie et le pari réussi.

Mais la surprise, c’est qu’on ne parle pas là du président sortant, Nicolas Sarkozy, mais de son challenger François Hollande.

Impitoyable avec les approximations de Nicolas Sarkozy, François Hollande a su conserver un profil « rassembleur », celui d’un futur Président de « tous les Français ».

A ce titre, la longue tirade « Moi, Président de la République, je serais », qui avait été soigneusement préparée pour définir les engagements d’un président impartial en tous points en « rupture » avec la pratique du pouvoir de Nicolas Sarkozy, restera comme le morceau de bravoure de cette joute télévisée.

Surtout, en renvoyant sans cesse le « candidat sortant » à son bilan, en particulier sur le plan économique et social, en moquant son contentement de soi, et en fustigeant son incapacité à assumer ses responsabilités, le prétendant socialiste a constamment conservé la main sur un débat de haute tenue, à la fois tendu et précis.

Avec le « changement » comme totem, il en a donné le tempo la majeure partie du temps, un peu comme François Mitterrand était parvenu à maîtriser son match retour face à Valéry Giscard D’Estaing en 1981. S



N'hésitez pas à nous suivre et à nous aimer :

Laisser votre commentaire

Envoi par email
RSS