La fin des RTT ?

En proposant, parmi les mesures destinées à relancer le pouvoir d’achat, la « monétisation des RTT », Nicolas Sarkozy a sans doute sonné le glas de cette innovation sociale, corollaire du passage aux 35 heures de travail hebdomadaire, devenue incontournable dans la vie de millions de salariés français.Acronyme de « Réduction du temps de travail », les RTT sont vite entrées dans le langage courant pour désigner les jours de congés supplémentaires accordés en contrepartie des 35 heures, dans nombre d’entreprises.

D’autre part, le rachat aux salariés des RTT auxquelles ils ont droit, qu’ils ont accumulées sans pouvoir les prendre, voire « stockées » dans un compte épargne-temps (CET).

Selon le projet de loi transmis mardi au Conseil d’Etat par le gouvernement, les RTT non prises au 31 décembre seront payées en salaire avec une majoration de 10 % au minimum, voire plus en cas d’accord collectif ou de gré à gré dans l’entreprise.

Les employeurs suivront-ils les recommandations du président de la République?

Ce fut le cas de l’usine Bosch à Vénissieux (Rhône) en 2004 où le passage aux 36 heures s’est fait sans compensation salariale.

Vous pouvez également aimer

Laisser votre commentaire

Menu Title