Categories: Politique

Le chef de l’Etat annonce de nouveaux moyens pour les forces de l’ordre !

Emmanuel Macron a détaillé mardi à Roubaix les réformes qu’il souhaitait voir aboutir en matière de sécurité, d’ici à la fin du quinquennat et au-delà.

Emmanuel Macron veut que « la plainte en ligne » soit mise en œuvre dès 2023 car, si la police et la gendarmerie françaises sont là « pour servir la loi républicaine », elles doivent aussi « prendre le virage du service rendu aux citoyens. Au chapitre des « exigences », le Président dit vouloir « doubler en dix ans » la présence sur le terrain des policiers et gendarmes.

Un nouveau schéma de maintien de l’ordre, a annoncé mardi Emmanuel Macron, sera présenté « avant novembre », et « permettra de consacrer la place et le rôle des journalistes, mais d’imposer aussi à toutes les parties prenantes présentes dans une manifestation, ou à l’issue d’une manifestation, des règles qui vont avec ces situations exceptionnelles comme il se doit », a seulement affirmé le chef de l’État sur ce chapitre.

En réponse aux critiques à l’encontre de l’IGPN et de l’IGGN (police et gendarmerie), accusées de manquer d’indépendance dans les dossiers de violences policières, il a annoncé la mise en place d’une « instance parlementaire de contrôle des forces de l’ordre ». « Un contrôle parlementaire, cela reste timide, regrette Sébastien Roché. Le Parlement français est l’un des plus faibles dans les classements de l’OCDE ».

À LIRE AUSSI >> Macron a émis l’idée d’un recrutement des enseignants directement par les directeurs d’école

« Quand on aime les forces de l’ordre, on ne leur passe pas tout », a-t-il affirmé, appelant à « sanctionner » les « fautes ». Mais, il a dans la foulée souligné que sur la plateforme anti-discriminations, lancée par le gouvernement en février, 4% seulement des 7564 appels reçus concernaient « les forces de l’ordre et leur déontologie ». Un chiffre qui « permet d’objectiver une chose », a-t-il poursuivi : « il n’y a pas non plus des dizaines de milliers » d’appels sur le sujet.

Lundi, l’Élysée annonçait un « renforcement du contrôle de la population policière par un contrôle indépendant ».

Le chef de l’État aurait dû indiquer que les force de l’ordre ne doivent pas reculer, car comme beaucoup nous avons vue la vidéo ou la police qui entre dans la cité des Tareterets est obligé de faire marche arrière suite à des jeunes qui les ont attaqués. Mais, à quoi donc sert la police si cette dernière est obligée de rebrousser chemin pour un oui ou pour un non dès qu’ils sont attaqués. La police semblait être en état de légitime défense alors pourquoi ne pas avoir foncée et d’avoir utilisé leur arme de service ? La police ne doit jamais reculer si elle veut être prise au sérieux.

Admin

Share
Published by
Admin
Tags: macron

Recent Posts

Refuser la pose d’un compteur Linky va bientôt coûter cher

Bien que la Commission de régulation de l’énergie (CRE) se félicite de son «bilan positif»,…

8 heures ago

Il est important de donner le goût de la lecture aux enfants

Le Salon du livre et de la presse jeunesse en Seine-Saint-Denis se tient en ce…

1 jour ago

Le variant Omicron et le VIH seraient probablement liés ?

Selon le médecin qui a détecté la présence du variant Omicron en Afrique du Sud,…

1 jour ago

«Libération» évoque un «État dans l’État» au sein de l’Union européenne

Le quotidien « Libération » a publié, jeudi 2 décembre, un deuxième volet à son…

2 jours ago

Nouveau rejet par les députés LREM de l’individualisation de l’allocation adultes handicapés

Les députés ont de nouveau dit non ce jeudi soir à une individualisation de l'allocation…

2 jours ago

L’OMS dénonce un « cocktail toxique », la vaccination obligatoire sur la table !

Plusieurs pays d'Europe songent à la vaccination obligatoire avec la résurgence de l'épidémie et surtout…

3 jours ago