Les constructeurs français poursuivent leur exil

Après l’Europe de l’Est, Renault ouvre une usine au Maroc…Renault inaugure aujourd’hui à Tanger un site de production géant d’où sortiront des monospaces de sa marque low-cost Dacia destinés au marché européen. A partir de 2013, les salariés marocains payés 250 euros par mois assembleront chaque année 400000 véhicules, un chiffre supérieur à l’ensemble des voitures actuellement fabriquées en France par Renault sur ses trois sites de production à Douai, Flins et Sandouville.

Alors que le «made in France» est devenu un credo politique, la délocalisation se poursuit pour les voitures de marques nationales.

Attirés par une production moins chère, Renault (détenu à 15% par l’Etat) et PSA ouvrent ou agrandissent depuis douze ans des sites en Roumanie, en Slovaquie, en République tchèque ou en Turquie.

D’où leurs départs dans les pays où la main-d’oeuvre est bon marché.

«Cela fait dix ans que ça dure, on voit mal ce qui pourrait changer la donne», poursuit le spécialiste, qui ne croit pas à des dégâts sur l’image de PSA ou de Renault. S



Vous pouvez également aimer

Laisser votre commentaire