les gendarmes s’épanchent sur leur rivalité avec les policiers

invitation est arrivée sur les télécopieurs des syndicats de policiers signée du directeur général de la police nationale, Frédéric Péchenard.Jeudi 15 novembre, à la Grande Arche de la Défense, Nicolas Sarkozy, accompagné de la ministre de l’intérieur, Michèle Alliot-Marie, et de son homologue à la défense, Hervé Morin, rencontrera 1 800 policiers et gendarmes pour évoquer les « orientations » du gouvernement en matière de sécurité intérieure – exactement comme il le faisait lorsqu’il dirigeait lui-même la Place Beauvau.

Si la politique de sécurité est pilotée par l’Elysée, quid du rôle de la ministre de l’intérieur ? »

Ils constituent un indicateur précieux du climat de la « base » pour des militaires promis à passer sous la tutelle complète de l’intérieur au 1er janvier 2009 , mais qui ne disposent pas de représentation syndicale.

« Le désormais célèbre slogan « travailler plus pour gagner plus » est en contradiction flagrante avec la réalité des heures exercées par les gendarmes par rapport aux policiers », dénonce le rapport.

Et le ton est particulièrement rude contre les syndicats de policiers : « Les gendarmes prennent conscience que finalement, accepter de servir l’Etat en consacrant plus de temps que leurs homologues policiers à leur mission ne leur rapporte rien puisqu’ils passent systématiquement après ceux qui ont un pouvoir de nuisance sociale. »

Vous pouvez également aimer

Laisser votre commentaire

Menu Title