Les syndicats empêchent-ils toute réforme dans l’éducation nationale ?

Les syndicats empêchent-ils toute réforme dans l'éducation nationale ?Les syndicats empêchent-ils toute réforme dans l’éducation nationale ? Les débuts d’année sont propices aux bilans. 2013 a été marquée par la réforme menée dans la douleur des rythmes scolaires, puis la mise en place de la formations aux métiers d’enseignant avec les écoles supérieures du professorat et de l’éducation (ESPE). Aujourd’hui c’est la réforme des programmes qui est à l’ordre du jour.

Plusieurs voix dénoncent le conservatisme des organisations syndicales, comme celle de l’ancien directeur de cabinet de Jack Lang au ministère de l’éducation nationale, Christian Forestier, interviewé le 9 janvier par l’hebdomadaire L’Express.

Il faut aussi se souvenir qu’il existe des mouvements pédagogiques qui font un travail remarquable et à qui on ne donne pas suffisamment la parole.

Il y a certains syndicats, il est inutile de chercher à les associer à un quelconque projet éducatif, figés qu’ils sont dans leur corporatisme.

Une réforme bloquée par le SNES? La réforme des programmes butera-t-elle aussi sur l’opposition du syndicat majoritaire dans l’éducation?

le Syndicat national des enseignements du second degré « s’inquiète » C’est mauvais signe en général quand on utilise cet adjectif : c’est qu’on va toujours trouver que ce qui est proposé est insuffisant au mieux, dangereux au pire.

Et si ce corporatisme syndical n’était que le révélateur du mal français, trop individualiste et manquant d’un élémentaire sens de l’intérêt collectif?

C’est ce que suggère l’interview rafraîchissante d’une ancienne lycéenne japonaise, Aimi, que nous signale Philippe Wattrelot sur son blog.

J’ai découvert par la suite qu’il n’y avait jamais de fête au lycée, jamais d’événement collectif (…).

En France on cultive le concept du travailler bien et au Japon celui d’aimer travailler (…) La France développe plus la logique critique et le Japon plus l’apprentissage et la connaissance.

résumé art lemonde.fr

Vous pouvez également aimer

Laisser votre commentaire