27 février 2024

Votre Actualité au Quotidien

politique, médias, religieux, sport …Allez à l'essentiel

Neuilly, «c’est dramatiquement bordélique»

Pas un nuage à l’horizon, le ciel est bleu métal.Il y a quelque chose de pourri au royaume de Sarkozy.La veille, Jean, le fils cadet, Arnaud Teullé, l’adjoint au maire, et Marie-Cécile Ménard, la conseillère générale, ont débarqué le capitaine du navire UMP, David Martinon le parachuté.Attablés dans un café tout proche de la mairie, deux hommes en costume règlementaire parlent de «David» de «Jean» et d «Arnaud».

«En septembre, on nous dit, enfin Sarkozy nous dit que Martinon, c’est le plus beau, le meilleur, le plus intelligent et puis quelques mois plus tard, ce n’est plus le plus intelligent : c’est incohérent», lâche Bernard, entrepreneur dans l’immobilier.

La première erreur de Sarkozy c’était de choisir Martinon, la seconde c’est de le lâcher!» Car les «putschistes» de Neuilly ne trouvent pas grâce non plus auprès des deux francs-tireurs : «Teullé, il est là aussi parce que c’est son père qui a soutenu Sarkozy, et Jean est très bien mais c’est pas un tueur comme son père.

Près de la permanence UMP de Neuilly, les passants sont tous martinophiles — «C’est dégueulasse de lui avoir tiré dans le dos comme ça» — et pour cause, leur champion approche pour le dernier acte de sa campagne : l’annonce de son retrait.

Ce sera fait d’une voix blanche, en moins d’une minute, et devant une affiche de Nicolas Sarkozy «Ensemble, tout devient possible».

Quelques secondes plus tard, les journalistes — «plus nombreux que les militants UMP» regrette une vieille dame — repartent, parfois par les fenêtres de la permanence.

Mais qui sait si cette tempête en fief sarkozien ne profitera pas à Jean-Christophe Fromentin, le candidat divers-droite de Neuilly.
Source complete

N'hésitez pas à nous suivre et à nous aimer :

Laisser votre commentaire

Envoi par email
RSS