Nicolas Hulot, aimé des Français, détesté par une frange d’écologistes

Nicolas Hulot, qui annoncera mercredi à Sevran (Seine-Saint-Denis) sa candidature à la primaire d’Europe Ecologie-Les Verts pour la présidentielle, jouit d’une forte popularité, mais est haï par une frange d’écologistes qui le jugent illégitime pour les représenter. L’écologiste vedette est en tête du dernier classement Ifop-Paris Match des personnalités politiques avec 76% d’opinions positives.

D’après un autre sondage Ifop pour Sud Ouest Dimanche début avril, 60% des Français souhaitent qu’il représente EELV à la présidentielle de 2012, loin devant sa concurrente Eva Joly (28%), un chiffre qui grimpe à 66% contre 32% parmi les sympathisants écologistes.

Mais cette popularité contraste avec la haine que lui voue toute une partie du mouvement écologiste, parfois au sein d’EELV mais surtout à l’extérieur du parti, qui le présente comme le candidat des multinationales.

Au sein d’EELV, la récente « victoire » de la position d’Eva Joly sur la date de la primaire – en juin – a ainsi suscité ce commentaire acerbe d’un partisan de l’ex-juge : « on a niqué TF1! ».

Et vendredi, Stéphane Lhomme, président de l’Observatoire du nucléaire, a annoncé sa candidature « contre Nicolas Hulot » à la primaire d’EELV, un parti dont il n’est pas membre. S



Vous pouvez aussi aimer

Laisser votre commentaire