15 juillet 2024

Votre Actualité au Quotidien

politique, médias, religieux, sport …Allez à l'essentiel

Quand Renault change les regles du départ de l’âge à la retraite de ses salariés

Une “suspension d’activité” qui correspond à un dispositif de départ à la retraite anticipé, ciblé sur le travail pénible. Entièrement financé par Renault, qui refuse de communiquer sur son coût, ce dispositif, applicable de 2011 à 2013, est ouvert à 3 000 salariés de 58 ans et plus présentant une “incapacité permanente” d’au moins 10 % ou 15 années de travail à la chaîne.

A diverses reprises, des mesures de chômage partiel sur certains sites, ont illustré les difficultés du groupe, qui avait déjà proposé un plan de départ volontaire à 4 400 salariés entre octobre 2008 et avril 2009.

Les syndicats considèrent ce dispositif comme un avancée sur la question de la pénibilité, au c\u0153ur de leur revendication pendant la mobilisation contre la réforme des retraites.

“On ne peut pas se contenter d’un plan qui supprime sans embaucher”, explique un responsable de la CGT, syndicat majoritaire chez Renault, qui a souhaité rester anonyme.

Satisfait des conditions proposées pour ceux qui partent, il redoute l’impact sur ceux qui restent.

Demande de productivité accrue, augmentation de la flexibilité du travail et du déplacement des salariés entre les sites : pour ce syndicaliste, ce dispositif pourrait aggraver la péniblité du travail : “Ca ne peut pas s’arranger alors que la pénibilité, on la sent déjà à travers les arrêts-maladie, les taux d’inaptitudes, les retouches en fin de chaînes.”

François Chérèque (CFDT) soulignait lui une question plus large, celle de la réforme des retraites : ce plan montre qu’il “faut revoir la réforme. “>



N'hésitez pas à nous suivre et à nous aimer :

Laisser votre commentaire

Envoi par email
RSS