Se tuer au travail !

Le travail serait directement à l’origine d’un suicide par jour en France, selon une étude du Conseil économique et social. Harcèlement moral, stress, surcharge ou peur de perdre son emploi, le chiffre des suicidés dans le monde professionnel serait en nette augmentation.Les récents suicides survenus à la centrale nucléaire de Chinon et chez Renault sont donc loin d’être des phénomènes isolés.
« Il y a encore dix ans, les suicides en lien avec le travail étaient rares » explique Patrick Légeron, psychiatre et directeur général du cabinet Stimulus, spécialisé dans la gestion du stress au travail.
Pour définir ce qu’est exactement un suicide motivé par l’activité professionnelle, le professeur Jean-Pierre Soubrier, expert-psychiatre sur la question à l’Organisation mondiale de la santé, explique que « les suicides reliés au travail sont surtout ceux qui se produisent sur le lieu de l’entreprise et ceux qui sont accompagnés par une lettre d’adieu explicite ».
En trois ans, ce ne sont pas moins de quatre suicides qui ont eu lieu parmi les employés de la centrale nucléaire de Chinon, en Indre-et-Loire.
Le syndicat de l’entreprise a constaté une situation de surcharge de travail mais refuse de faire un lien formel entre celle-ci et ces actes désespérés.
Egalement concernée, Renault a présenté, le 15 mars 2007, des mesures concrètes pour tirer les conséquences des trois suicides qui ont touché les salariés du Technocentre au cours des quatre derniers mois.

Vous pouvez également aimer

Laisser votre commentaire

Menu Title