La manifestation contre l’aéroport de Notre-Dame-des-Landes

La manifestation contre l'aéroport de Notre-Dame-des-LandesSous haute tension. Vitrines de magasin brisées, agences des transports nantais ou poste de police saccagés, pavés du tram descellés et transformés en projectiles, jets de grenades lacrymogènes ou de lances à eau, deux engins de chantier mais aussi une barricade et une voiture incendiés, journalistes violemment pris à partie…

Commencée dans une ambiance bon enfant en début d’après-midi, hier la manifestation contre l’aéroport de Notre-Dame-des-Landes dans les rues de Nantes a tourné rapidement…

À l’affrontement entre les forces de l’ordre et un millier d «opposants radicaux prêts pour le combat qui n’ont pas pu être contrôlés par les organisateurs», selon la préfecture de police.

Le Premier ministre, Jean-Marc Ayrault, ancien député-maire de Nantes et fervent défenseur du projet d’aéroport, a «condamné avec la plus grande fermeté les actes violents».

Le ministre de l’Intérieur, Manuel Valls, a de son côté qualifié d «inadmissible» la «violence venant de cette ultra gauche, de ces Black Blocs, qui sont originaires de notre pays mais aussi de pays étrangers», évoquant une «véritable guérilla urbaine».

Un calme relatif s’est installé peu après 20 heures dans les rues du centre-ville, toujours sous la surveillance des CRS et gendarmes mobiles.

Mais, selon la préfecture, «des groupes sporadiques, environ 200 personnes cherchant l’affrontement», étaient toujours présentes dans la nuit.

«Pour nous tous et toutes, c’est un grand succès», a-t-il dit à l’issue de la manifestation «officielle».

L’inauguration du futur aéroport Grand Ouest, prévue initialement en 2017, est désormais envisagée «en 2019 ou avant 2020» par les partisans du transfert.

Vous pouvez également aimer

Laisser votre commentaire

Menu Title
Follow by Email
RSS