27 février 2024

Votre Actualité au Quotidien

politique, médias, religieux, sport …Allez à l'essentiel

Touche pas à ma pute !

Touche pas à ma pute !« Touche pas à ma pute ! » : le manifeste des « salauds » qui suscite la polémique.Dans ce magazine classé à droite sur le plan politique, 343 hommes dénoncent le projet de loi de pénalisation des clients des prostituées, proposé le 14 octobre par la députée socialiste Maud Olivier.Parmi les signataires : l’écrivain et directeur du magazine masculin Lui Frédéric Beigbeder, les journalistes et polémistes Eric Zemmour et Ivan Rioufol, l’humoriste Nicolas Bedos, l’avocat Richard Malka, le comédien Philippe Caubère, l’écrivain et journaliste Benoît Duteurtre ou encore le mari de Frigide Barjot, Basile de Koch, ancienne plume de Charles Pasqua.

Selon Libération qui révèle l’affaire, cette pétition est précisément intitulée « Touche pas à ma pute!

Les signataires expliquent : « Nous considérons que chacun a le droit de vendre librement ses charmes… et même d’aimer ça.

La référence au célèbre appel des 343 salopes paru en 1971 (un texte alors écrit par la philosophe Simone de Beauvoir et publié dans le Nouvel Observateur pour défendre le droit à l’avortement) est claire sauf il ne s’agit pas là du droit à disposer de son propre corps comme l’était la revendication du droit à l’avortement…

Dans Le Monde, Anne Zelensky (Présidente de la Ligue du droit des femmes) s’interroge : « Dans le manifeste «Touche pas à ma pute», les signataires eux, ont choisi le terme de «salaud» par référence aux «salopes» de 1971.

Quelle filiation peut-il bien y avoir entre nous, les «salopes» qui réclamions la liberté interdite de disposer de notre corps, et ces «salauds» qui réclament aujourd’hui la liberté de disposer contre rémunération et sans pénalité du corps de certaines femmes?
de Sudouest

N'hésitez pas à nous suivre et à nous aimer :

Laisser votre commentaire

Envoi par email
RSS