Les pistes du gouvernement pour le déconfinement

Emmanuel Macron doit prendre la parole dès la semaine prochaine pour annoncer les étapes de « l’allégement » des mesures sanitaires, en vigueur pour lutter contre le Covid-19, le gouvernement travaille à plusieurs pistes.

Les dates du 1er décembre, pour la réouverture de certains commerces et du 20 décembre, pour la fin des attestations, sont évoquées, ainsi qu’une modification de la politique d’isolement des cas positifs.

Si la pression s’allège légèrement sur les hôpitaux – 4.775 patients atteints du Covid-19 sont en réanimation dont 357 nouvelles admissions en 24 heures, soit 79 de moins que la veille – la France est encore « loin du déconfinement », a prévenu mercredi le gouvernement, qui préfère envisager un « allégement » des mesures de restriction sanitaire.

Deux dates clés sont à l’étude par l’exécutif, sous réserve d’une évolution positive de la situation sanitaire : le 1er décembre et le 20 décembre.

LIRE AUSSI >> Sur la liberté d’expression, Emmanuel Macron ne veut rien changer

Le 1er décembre, le gouvernement envisage une réouverture des commerces « non-essentiels » et la reprise des offices religieux. A ce stade, selon les informations d’Europe 1, les cours d’auto-écoles pourraient également reprendre, comme les activités des salons de coiffure et d’esthétique, les visites d’appartement et les cours à domicile.

Autre date évoquée dans le plan du gouvernement, le 20 décembre. Ce dimanche devrait marquer la fin des attestations. Là encore, ce n’est pas un déconfinement, mais un allégement qui devrait permettre d’aller fêter Noël en famille, au-delà du kilomètre réglementaire, assure l’exécutif.

Si le gouvernement ne veut pas entendre parler de « déconfinement », c’est qu’il craint une troisième vague avec les réunions de famille et les sorties liées aux fêtes de fin d’année.

Inscrivez-vous à notre lettre d’information




Vous pouvez aussi aimer

Laisser votre commentaire