La lutte contre le sida se heurte aux tabous

La lutte contre le sida en Iran, où les malades sont soignés gratuitement, se heurte à des tabous qui nuisent aux campagnes d’information, ont déploré samedi les autorités sanitaires iraniennes.Selon les autorités, les toxicomanes forment le principal groupe à risque en Iran, pays traversé par le trafic d’héroïne vers l’Europe en provenance d’Afghanistan.

Plus de 16.000 Iraniens sur une population totale de 70 millions sont infectés par le VIH, a déclaré Moayed Alavian, ministre adjoint de la Santé, lors d’une conférence à l’université de Téhéran dans le cadre de la journée internationale contre le sida. La principale difficulté rencontrée selon lui par le ministère de la Santé est la stigmatisation sociale accolée à la maladie, considérée comme un tabou.

« Il y a également des limites socioculturelles à l’éducation sur les moyens d’empêcher (la maladie) et à l’information du public », a-t-il souligné.

Vous pouvez également aimer

Laisser votre commentaire

Menu Title