La pollution intérieure menace la santé des seniors

La pollution intérieure menace la santé des seniors. L’air intérieur des maisons de retraite présente des niveaux de pollution délétères pour le système respiratoire des personnes âgées, selon une étude menée dans sept pays européens. Dans l’air pollué des maisons de retraite, leur santé pulmonaire se dégrade. Ce triste constat est issu d’une étude européenne menée dans cinquante établissements européens, à laquelle a participé l’Inserm.


 
Ces polluants proviennent de plusieurs sources, dont le chauffage, les matériaux de construction, le mobilier, les produits nettoyants et de ménage, les désinfectants ou encore les systèmes de refroidissement.
 
Ils montrent que l’exposition à des niveaux élevés de PM10 et de NO2 est associée de manière significative à l’essoufflement et à la toux. Enfin, de hautes concentrations de formaldéhyde sont liées à la bronchopneumopathie obstructive chronique (BPCO).
 
«La capacité de l’organisme à traiter les polluants nuisibles de l’air diminue avec l’âge», précise Isabella Annesi-Maesano, pneumologue et épidémiologiste à l’Inserm, qui a participé à l’étude.
 


Vous pouvez aussi aimer

Laisser votre commentaire