Rebondissement dans l’affaire Volkswagen

Rebondissement dans l’affaire Volkswagen. Alors que l’Agence américaine de protection de l’environnement (EPA) a accusé lundi Volkswagen d’avoir installé son logiciel destiné à tromper les tests antipollution sur des moteurs diesel plus puissants que ceux jusqu’ici mis en cause, le constructeur allemand a démenti, dans la soirée, tout logiciel truqueur sur ses moteurs diesel 3 litres V6.
 
La nouvelle enquête sur les émissions polluantes de ­véhicules diesel du groupe allemand, cible en effet les moteurs de 3 litres intégrés sur différents modèles de 2014 à 2016.


 
L’EPA cite notamment le Volkswagen Touareg, la Porsche Cayenne, l’Audi A6 Quattro, l’A7 Quattro, l’A8, ou le Q5.
 
En eux-mêmes, les volumes apparaissent a priori modestes, puisque l’enquête porte sur 10.000 voitures vendues aux Etats-Unis depuis 2014.
 
Mais la ­question est notamment de savoir si le logiciel a aussi été intégré sur des modèles vendus en Europe, comme cela est le cas sur le premier volet de l’enquête.
 




Vous pouvez aussi aimer

Laisser votre commentaire