Trisomie 21 : son dépistage mal compris par les femmes.

Une femme sur deux ayant accepté l’échographie et le test sanguin, premières étapes du dépistage de la trisomie 21, n’aurait pas conscience que ces examens pourraient aboutir à faire une amniocentèse pour analyser les chromosomes du foetus, et diagnostiquer alors une éventuelle anomalie.



«Si les femmes enceintes peuvent considérer que les prises de décision relatives à leur suivi de grossesse sont du ressort du médecin, il est en revanche discutable qu’elles n’aient pas conscience des implications potentielles du dépistage, notamment la possibilité d’avoir à décider de la poursuite ou de l’arrêt de la grossesse», précise Valérie Seror, chargée de recherche à l’Inserm. Source

N'hésitez pas à nous suivre et à nous aimer :

Laisser votre commentaire

Envoi par email
RSS