Vieillir… mais dans quel état ?

espérance de vie progresse à l’échelle de la planète, et nous devrions être de plus en plus nombreux à vieillir en bonne santé. En 1950, l’espérance de vie à la naissance dans le monde était de 45,1 ans. En 2010, elle devrait atteindre 67,3 ans et s’élever à 75,7 ans en 2050, selon les chiffres de l’Institut national d’études démographiques (INED).

Un bond en avant lié aux effets combinés du développement économique, de l’amélioration quantitative et qualitative de la nourriture et des politiques de santé et d’hygiène publique.

Si certains pays voient l’espérance de vie de leur population progresser, d’autres connaissent une tendance inverse.

A l’inverse, les Etats particulièrement touchés par le sida ou les conflits régressent : sur la même période, l’Afrique du Sud perd onze ans d’espérance de vie moyenne, le Swaziland dix-huit ans et le Lesotho dix-neuf ans.

L’espérance de vie s’est accrue grâce à la diminution de la mortalité infantile combinée à l’augmentation de la proportion des plus de 65 ans dans la population.

De 470 millions de plus de 65 ans dans le monde actuellement, nous devrions passer à 820 millions en 2025.

En dehors du Japon, elle occupe les quinze premiers rangs de la longévité.

Une étude de l’Unité de surveillance de l’espérance de santé en Europe, publiée le 17 novembre sur le site de l’hebdomadaire britannique The Lancet, (Le Monde du 19 novembre), montre que dans l’Union européenne les hommes vivent en moyenne sans ennui de santé jusqu’à 67 ans et les femmes jusqu’à 69 ans.

L’enquête révèle cependant de grandes inégalités entre Etats membres de l’Union européenne.

Vous pouvez également aimer

Laisser votre commentaire