«Ils sont les seuls à pouvoir encore se faire entendre»

ébrayer à son tour pour défendre le pouvoir d’achat? L’idée tenterait bien Julien, électricien dans le BTP à Nanterre (Hauts-de-Seine). Les revendications salariales des fonctionnaires trouvent un large écho chez les salariés du privé en galère dans les transports parisiens.Femme de ménage à mi-temps, Nadia avoue sans détours qu’elle a «de plus en plus de mal à [s]en sortir avec son salaire de rien du tout», 515 euros par mois.

S’il juge «légitime» la grève de la fonction publique, Rojdhi, consultant bancaire, trouve que, «vu l’économie mondiale, l’Etat n’y peut pas grand-chose: c’est un comportement bien français d’accuser systématiquement l’Etat».

Ce sont «toujours les mêmes qu’on entend se plaindre, ceux qui peuvent faire grève», proteste Claudie, licenciée dans un plan social «après 31 ans de maison».

-> Dans le privé ce sont bien souvent des troullards. Presque jamais il ne font greve il attende que ce soit toujours les autres qu’ils le fassent pour eux et en particulier le secteur public. Car ce sont toujours grace au secteur public que le privé a obtenu quelques choses mais jamais le contraire. 

Vous pouvez également aimer

Laisser votre commentaire

Menu Title