la piste d’une éventuelle complicité infructueuse

La recherche d’éventuelles complicités dans les manoeuvres du trader de la Société générale Jérôme Kerviel, auquel la banque impute une perte de 4,9 milliards d’euros, s’avère pour l’instant infructueuse, après la remise en liberté d’un courtier.Après deux jours de garde à vue à la police financière, et une courte audition, Moussa Bakir, courtier de la société Newedge (ex-Fimat), filiale de la Société générale, a été placé sous statut de témoin assisté par le juge Renaud Van Ruymbeke, apprend-on de source judiciaire.

Ce dernier, qui envisageait pourtant initialement sa mise en examen, voire en détention provisoire, ne fera pas appel, a précisé une porte-parole à Reuters.

Le placement en garde à vue de Moussa Bakir a été dévoilé vendredi, quelques heures avant que la chambre de l’instruction de Paris n’examine la demande du parquet de placer en détention provisoire Jérôme Kerviel, premier mis en examen dans l’affaire.

« Il a parfaitement expliqué que toutes les règles ont été respectées, toutes les règles professionnelles, les règles des marchés et toutes les instructions de ses supérieurs.

Vous pouvez également aimer

Laisser votre commentaire

Menu Title