Les violences conjugales !

Nadine Trintignant et une vingtaine d’artistes, ont réclamé l’application des peines pour les hommes reconnus coupables de violences conjugales.Sous le slogan « Stop aux violences faites aux femmes », un collectif d’associations a organisé dimanche de 14h à 17h, sur le parvis de l’hôtel de Ville de Paris, avec Nadine Trintignant, en présence de l’ancien ministre Simone Veil et de l’adjointe au maire de Paris Anne Hidalgo, un rassemblement pour « attirer l’attention sur les femmes violentées victimes de l’indifférence ».

400 personnes dont Guy Bedos, Carole Bouquet ou Jean-Pierre Marielle, étaient reunis pour cette manifestation à l’initiative de la productrice Catherine Maheo.

Même si « place de l’Hôtel de Ville, il n’y a pas eu de discours évoquant Marie », sa fille, dit Nadine Trintignant, la manifestation est intervenue un peu plus de dix jours après la sortie de prison de Bertrand Cantat, qui a quitté le centre de détention de Muret (Haute-Garonne), le 16 octobre dernier.

Condamné à huit ans de prison pour « violences ayant entraîné la mort sans intention de la donner » après le décès de sa compagne, l’actrice Marie Trintignant, le chanteur de Noir Désir a bénéficié d’une libération conditionnelle après avoir purgé la moitié de cette peine.

« Au moment de l’énoncé du jugement à Vilnius » en mars 2004, « j’étais révoltée », explique Nadine Trintignant au quotidien.

« Je réclame l’application des peines, car des peines sévères existent, mais elles ne sont pas appliquées », explique Nadine Trintignant, qui rappelle que la loi du 4 avril 2006 « a renforcé la répression des violences au sein du couple ».

Vous pouvez également aimer

Laisser votre commentaire

Menu Title