Nous avons passé les 15 000 abonnés (mais ne le dites pas aux medias français)

Nous avons passé les 15 000 abonnés (mais ne le dites pas aux medias français) Décidément, il y a une histoire entre @rrêt sur images et la Suisse.La Tribune de Genève faisait état, lundi, du démarrage « en fanfare » de notre site. Elle soulignait à juste titre que 14 000 abonnements à un site Internet, avant même son démarrage, constituaient une première, de nature à faire mentir l’idée reçue que « les personnes ne sont pas prêtes à payer sur Internet» (nous avons aujourd’hui dépassé les 15 000).

Avez-vous lu, ou entendu cette information, dans un seul media français ? Pourtant, il existerait des espaces pour le dire.

Le Monde, par exemple, publie une page quotidienne sur les nouveautés de l’Internet. Mais, l’information ne l’a pas intéressé.

Il existe sur France Inter une émission quotidienne, à 9 heures 30, consacrée à la vie des médias. Cette émission (« J’ai mes sources », de Colombe Schneck) invitait lundi Paul Amar et Philippe Vandel à discuter de la critique des médias dans les médias. Elle aurait pu informer ses auditeurs du succès du lancement d’@rrêt sur images. Elle aurait pu, comme La tribune de Genève, s’interroger sur ce que révèle ce succès de la radicale crise de confiance à l’égard des médias traditionnels.

Mais non. On est en France. Cette réflexion est réservée aux Suisses. Et à vous. Je vais vous dire: on se passera d’eux.

Evidemment, une information honnête, dans les medias traditionnels, sur ce qui se passe sur Internet, nous aiderait. Elle nous ferait connaître auprès de tous les consommateurs d’information (mais oui, il en reste) qui ne vont pas sur Internet. Elle nous “légitimerait” auprès d’eux. Des gens diraient: “ça existe, puisque j’en ai entendu parler dans Le Monde, ou sur France Inter”. (Il y a encore des gens qui raisonnent ainsi. De moins en moins, mais il en reste).

Mais cette omerta sur la naissance d’@rrêt sur images doit faire partie de l’ordre des choses. Elle doit être une composante de ce qui nous arrive ici depuis le 14 septembre, et que nous avons quelque mal à analyser, puisque nous sommes en plein dedans.

Nous ferons donc avec. Par Daniel Schneidermann le mercredi 26 septembre 2007

Vous pouvez également aimer

Menu Title
Follow by Email
RSS