14 juillet 2024

Votre Actualité au Quotidien

politique, médias, religieux, sport …Allez à l'essentiel

virus

L’OMS craint que le virus de la grippe aviaire s’adapte à l’espèce humaine

L'OMS craint que le virus de la grippe aviaire s'adapte à l'espèce humaine Les mammifères concernés par la grippe aviaire sont essentiellement des prédateurs d’oiseaux sauvages : des renards, belettes, ratons laveurs par exemple, mais aussi des mammifères marins comme certaines otaries. Elles sont sans conséquences jusqu’ici mais les experts de l’OMS redoutent que ce virus, qui a des capacités d’adaptation, ne finisse par contaminer

Le virus de la grippe vient-il des poissons ?

Le virus de la grippe vient-il des poissons ?Grâce à des séquençages génétiques, ils ont réussi à retrouver la trace de l’ancêtre du virus de la grippe. C’est une virologue américaine basée à l’université de Sydney, en Australie : Mary Petrone, qui a fait cette découverte : elle a trouvé chez l’esturgeon un virus de la même famille que la grippe, mais sous une forme ancestrale. Ce virus serait donc né chez les poissons.

Des scientifiques réveillent un virus potentiellement dangereux pour l’humanité

Des scientifiques réveillent un virus potentiellement dangereux pour l’humanitéPour le bien d’une étude, des scientifiques ont ressuscité un virus «zombie» aux propriétés infectieuses, enfermé dans le pergélisol sibérien (terme anglais permafrost) depuis 50 000 ans. En raison du réchauffement climatique, cette couche de sol gelée située sous la terre fond de plus en plus rapidement, mettant au jour une multitude de vestiges anciens, allant des virus et des bactéries aux mammouths laineux, en passant par un ours des cavernes impeccablement conservé.

“Les enfants participent de façon très importante à la diffusion du virus” selon Bruno Lina

Mise à jour à 10 h 47 – «À l’école comme dans d’autres endroits, ce virus se comporte différemment, car il est plus transmissible», explique Bruno Lina, virologue et membre du Conseil scientifique, invité de BFMTV ce vendredi. «Vous avez besoin de moins de virus pour développer la maladie. Dans ces conditions, des personnes qui étaient probablement moins sensibles au virus,

Un chercheur brésilien alerte “L’Amazonie est un réservoir à virus”

Foret AmazonienneL’intervention humaine dans des zones à la faune et flore indigènes peut provoquer des déséquilibres écologiques et propager des maladies depuis le coeur de la jungle. Avec la déforestation de l’Amazonie, la prochaine grande pandémie pourrait être brésilienne, prévient le chercheur David Lapola. Mais la diversité de la faune et la flore amazonienne pourraient faire de cette région “le plus grand dépôt de coronavirus du monde”, dit-il, en référence au coronavirus en général et non au nouveau coronavirus parti de Chine.

Le corps médical est en colère contre le président Macron

Les professionnels de santé pointent les insuffisances des dispositifs.Ils font plus que tirer la sonnette d’alarme, ils montent au créneau. Après les annonces faites par Emmanuel Macron jeudi 12 mars, prévoyant la fermeture des écoles mais en même temps le maintien du premier tour des élections municipales, plusieurs médecins chevronnés prenaient la plume pour demander au chef de l’État de faire machine arrière.
“Nous avons bien compris les enjeux juridiques, mais au vu de la situation exceptionnelle, il nous semble indispensable de repousser les élections dans une démarche de protection de la santé et de la vie de chacun de nos concitoyens”, écrivaient dans une lettre ouverte au président de la République plusieurs médecins français.

L’exode des Parisiens avant le confinement

Des gares parisiennes bondées, malgré les consignes du gouvernement de limiter au maximum ses déplacements afin de limiter la propagation du coronavirus : dès lundi, du fait de la menace de confinement, et avant même le discours d’Emmanuel Macron , les Franciliens se sont précipités dans les trains afin de se mettre au vert ou rejoindre leur famille en province.

Traquer les virus avec des satellites

Traquer les virus avec des satellitesTraquer les virus avec des satellites. Les médecins et scientifiques observent de plus en plus l’évolution de certains virus grâce a des satellites d’observations. Une méthode suivi qui a été présenté ce week-end lors d’une conférence scientifique à San Jose en Californie. Ils pourraient ainsi prévoir plusieurs mois à l’avance des risques d’épidémie de maladies tropicales comme la dengue ou le paludisme.

Envoi par email
RSS