Trop de portable en prison

Trop de portable en prisonTrop de portable en prison. Le nombre de téléphones saisis dans les prisons ne cesse d’augmenter (27.524 en 2014). Les 628 brouilleurs déjà installés ne sont pas assez performants, notamment face au réseau 4G. Or les portables circulent en prison, y compris dans les quartiers a priori hyper-sécurisés réservés aux détenus particulièrement surveillés ou aux fortes têtes, envoyées au «mitard» à la suite de comportements déplacés.


 
Un seul exemple: en 2003, le braqueur de fourgons blindés Antonio «Nino» Ferrara, qui est à l’époque le prisonnier le plus observé de France – une trentaine de fonctionnaires sont affectés à sa seule surveillance – s’évade de la maison d’arrêt de Fresnes.
 
Des appareils conçus par Thales sont actuellement testés dans deux établissements franciliens, et ce modèle devrait être installé dans l’ensemble des prisons françaises, a indiqué jeudi la garde des Sceaux, Christiane Taubira.
 
L’expérience menée en Ile-de-France «semble probante», a expliqué la ministre, en marge d’un déplacement à la direction interrégionale des services pénitentiaires, à Fresnes.
 


Vous pourriez aussi aimer

Laisser votre commentaire

Sortir
Masquer