Controle des chômeurs ! !

Le rapport 2006 de l’UNEDIC permet de faire un premier bilan de l’entrée en vigueur des dispositions de la loi du 2 août 2005 sur le suivi de la recherche d’emploi.Ce texte vise à mieux encadrer le retour à l’emploi des chômeurs et prévoit des sanctions graduées à l’encontre de ceux qui ne cherchent pas de travail.Des sanctions en forte augmentation depuis l’application de cette réforme.

Alors que l’évaluation des politiques publiques est dans l’air du temps, l’Unedic donne une idée des évolutions constatées suite à la réforme du contrôle des chercheurs d’emploi mise en oeuvre depuis l’été 2005.

Si la proportion de chômeurs épinglés pour mauvaise conduite reste faible – moins de 2% -, le taux de sanction sur les dossiers suspects signalés par les services de l’ASSEDIC aux préfets est lui en très nette augmentation, de 18 à 57%.

Difficile on le comprend de « fliquer » le 1,7 million d’individus indemnisés…

Selon les chiffres repris par le quotidien Les Echos, alors même que ces contrôles se sont ralentis au cours de l’année 2006 (-13,4%), et que le nombre de dossiers instruits par les préfets a été divisé d’un tiers (44 800), le nombre des peines a lui en revanche triplé.

Auparavant, le préfet n’avait le choix qu’entre le maintien des allocations et leur suspension complète (temporaire ou définitive), correspondant à une exclusion de fait du chômeur.

-> » Ce systeme correspond bien a l’idée de certains connards qui pensent que tout les chômeurs sont des faineant. Ils faut que ces connards se trouve au chomage pour qu’ils arrivent a comprendre (cela sera dur pour eux) ce que resentent les chomeurs. NON tous les chômeurs ne sont pas des faineants, ceux-ci ne represente que 2% environ. Voila pourquoi les statistiques du chômages diminue. Ce sont les radiations qui explique cette baisse et non les créations d’emploi ! ».

Vous pouvez également aimer

Laisser votre commentaire

Menu Title