Plus ils sont grades et moins ils sont competents ?

Vous le trouvez au choix : incompétent, inefficace, tyrannique, surpayé? La prime à l’incompétence, c’est furieusement tendance, à en croire une étude de chercheurs australiens de la Bond University (1) qui se sont penchés sur «le bad leadership» du monde de l’entreprise.D’accord, l’étude qui sera présentée ce week-end à Phi­ladelphie lors de l’assemblée annuelle du management (17 000 membres) est un peu légère : réalisée en ligne via un sondage auprès de 240 personnes.

L’étude, qui estime que «comme pour le cancer, la meilleure alternative à la prévention est le dépistage précoce», en appelle au big boss «pour empêcher les plus autoritaires de gravir les échelons».

En plus d’être parfois aussi mauvais que trop payés, pas moins de deux chefs sur cinq s’avèrent être des menteurs invétérés.

Réalisée auprès de 700 salariés, elle concluait notamment que : 23 % des plus gradés blâmaient les autres plutôt qu’eux-mêmes ; 24 % envahissaient leur vie privée ; 27 % adoraient médire sur leurs troupes ; 39 % ne tenaient pas leurs promesses.

Vous pouvez également aimer

Laisser votre commentaire

Menu Title