24 élèves par classe, la bonne idée qui risque de se heurter à certaines réalités

24 élèves par classe, la bonne idée qui risque de se heurter à certaines réalités24 élèves par classe, la bonne idée qui risque de se heurter à certaines réalités. « Sur le fond, c’est une bonne mesure, on trouve qu’il y a trop d’élèves dans les classes », pose dès le début de la conversation Marion Lalane de Laubadère adjointe à l’Education à Toulouse.

Je ne veut pas qu’il y ait de méprise, elle adhère à la mesure présentée jeudi soir par Emmanuel Macron, qui souhaite que désormais les classes de grande section de maternelle, de CP et de CE1 ne « dépassent jamais 24 élèves ».

De nombreuses classes ont des effectifs dépassant largement le chiffre de 24 élèves, surtout en grande section où le seuil maximum est de 32 élèves.

« Demain, si nous devons passer nos classes de grande section à 24 élèves, nous perdrions 1.400 places, il nous manquerait une soixantaine de classes de grande section », détaille l’élue qui a fait ses comptes à la louche.

Ça va poser aussi la question des Atsem, si je crée 60 classes, je dois créer 60 postes, or on ne cesse de nous dire de contraindre nos budgets », poursuit l’adjointe à l’Education.

Est-ce que par un système de vases communicants, les autres classes de maternelle ou de primaire ne vont pas voir leurs effectifs grimper en flèche pour pouvoir caser toutes les classes à 24 élèves sur le même site ?

A lire également : Le gouvernement annonce plus de 10 000 accompagnants supplémentaires à la rentrée




Vous pouvez également aimer

Laisser votre commentaire