Votre actualité au quotidien

Moto2™ : La menace se précise pour A. Márquez…

Caroline Garcia
19/09/2019 – Et cette dernière s’appelle Augusto Fernández, qui en l’espace de deux courses, a considérablement réduit son retard.
Continuer la lecture

Ocon ne devrait pas rouler pour Renault avant 2020

Wang et Linette
19/09/2019 – Esteban Ocon a signé un contrat chez Renault pour l’an prochain mais continue pour le moment de travailler pour Mercedes, dans le simulateur,
Continuer la lecture

Politiques, Assemblée Nationale, Indemnité, casseroles,…

Politiques, Assemblée Nationale, Indemnité, casseroles,...


Politiques, Assemblée Nationale, Indemnité, casseroles,…Les députés de l’Assemblée nationale ont refusé de réduire de 10 % leurs indemnités dans le cadre d’une représentation nationale à l’effort de redressement des comptes publics français ce lundi. Il ont « seulement » concédé à une baisse de 3 % concernant la réduction du coût de fonctionnement du Parlement.

Seule réduction adoptée ce jour : la dotation de l’Etat pour les frais de fonctionnement de l’Assemblée à hauteur de 3 %

« C’est une mesure d’affichage, c’est un gadget », a ainsi affirmé le rapporteur spécial de la commission des Finances, Jean Launay (PS), ce lundi alors que les députés étaient appelés à voter une réduction de leurs indemnités de 10 %. Un amendement avait été déposé en ce sens par un des chefs de file du collectif de la Droite populaire, Lionnel Luca. Et était donc soumis au vote ce jour à l’Assemblée. Même si son parti est une aide droitière de l’UMP, les représentants de la majorité au Parlement tels que le président du groupe UMP, Christian Jacob, et le président de l’Assemblée, UMP, Bernard Accoyer étaient opposés à cette mesure, tout comme le groupe socialiste.

Cet amendement au projet de budget pour 2012 avait été pensé dans le cadre des économies supplémentaires présentées le 7 novembre par le Premier ministre François Fillon.
180 millions d’euros en moins fin 2012

Plus tôt, Michel Diefenbacher, également porte-parole du groupe UMP avait encore expliqué que cet amendement s’il était voté n’aurait aucune incidence sur le montant des indemnités des députés. La raison : il faut un texte organique, à savoir une proposition ou un projet de loi, pour agir en ce domaine et non « seulement » un amendement.

Seuls quelques députés UMP l’on voté, comme Chantal Brunel qui a vainement plaidé pour qu’en cette période de crise les députés « apportent une petite pierre ». Seule réduction adoptée ce jour : la dotation de l’Etat pour les frais de fonctionnement de l’Assemblée. Celle-ci sera réduite de 3 % en 2012 comme l’a proposé le président de la Chambre, Bernard Accoyer. Un amendement qui devrait entraîner des économies de 180 millions d’euros sur toute la durée de la législature 2007-2012. S


Heure en France :


EDITO


Consulter les archives édito


Réforme des retraites : à la RATP, une grève monstre pour défendre un acquis «sacré»

Réforme des retraites

12/09/2019 – La grève de ce vendredi sera très massivement suivie à la RATP. La défense de leur système de retraites mobilise les syndicats de la régie comme jamais depuis douze ans.
Continuer la lecture


Inégalités de santé : le cancer exemple révélateur de la perception des Français

Inégalités de santé

11/09/2019 – Les Français considèrent en majorité que face au cancer et à son traitement, il existe des inégalités liées notamment aux revenus et au lieu de résidence. Il s’agit là d’une préoccupation majeure qui nécessite des réponses à la mesure de l’enjeu.
Continuer la lecture

Plan pour les Urgences : « toujours pas assez de moyens »

les Urgences

10/09/2019 – LPlusieurs responsables politiques de gauche dénoncent mardi l’insuffisance de l’enveloppe de 750 millions d’euros sur trois ans allouée la veille aux services d’urgences, en grève depuis plus de six mois, par la ministre de la Santé Agnès Buzyn.
Continuer la lecture


« Cette décision reconnaît des années de militantisme » : décrocher un portrait de Macron jugé « légitime »

Militantisme

16/09/2019 – Le droit de décrocher le portrait du président de la République, afin d’avoir son oreille. Tel est en substance le sens qu’a voulu donner le juge Marc-Emmanuel Gounot, dans la surprenante décision rendue lundi 16 septembre, au tribunal de Lyon.
Continuer la lecture