La menace jihadiste vient désormais « principalement » de l’intérieur

La menace jihadiste vient désormais La menace jihadiste vient désormais « principalement » de l’intérieur. La menace jihadiste vient désormais « principalement » de l’intérieur, avertit le nouveau directeur général de la sécurité intérieure Laurent Nuñez, défendant la nouvelle loi antiterroriste qui permettra d' »agir dans l’urgence » en cas d’imminence d’un passage à l’acte.

La menace est principalement le fait d’individus présents en France: soit de velléitaires qui ont été empêchés de se rendre en Syrie ou en Irak, soit de primo-terroristes qui peuvent passer à l’action sans qu’il y ait eu de signes avant-coureurs.


La dégradation de la situation sur zone ne peut qu’aggraver cette menace même si nous ne nous attendons pas à une vague de retours massifs (moins d’une dizaine depuis janvier, contre 57 en 2015).

La loi nous apporte des mesures qui nous permettent d’agir dans l’urgence ou quand les techniques de renseignement n’ont pas suffi à caractériser la menace.

La DGSI joue pleinement son rôle auprès des préfets pour leur donner toutes les informations pour un suivi effectif de l’ensemble des objectifs actifs inscrits au Fichier des signalements pour la prévention de la radicalisation à caractère terroriste (soit 11.000 personnes) dont plus de 4.000 relèvent de la DGSI.

Dans le cadre de la prévention de la radicalisation, nous sommes en train d’identifier des territoires considérés comme sensibles, pour mettre en place des plans d’actions ciblés qui associeront, au-delà des services de sécurité intérieure, l’ensemble des services de l’État sous l’autorité des préfets selon le nouveau directeur général de la sécurité intérieure Laurent Nuñez.




Vous pourriez aussi aimer

Laisser votre commentaire

Sortir
Masquer