Trierweiler tournera «sept fois son pouce avant de tweeter»

Après le recadrage de François Hollande affirmant que l’affaire du tweet ne se reproduirait pas, la première dame a voulu clore samedi la polémique sur le ton de l’humour. La compagne de François Hollande a pris place en début de matinée dans la tribune d’honneur, réservée aux invités, au côté de l’épouse du premier ministre Jean-Marc Ayrault. Une tribune différente de celle depuis laquelle le président de la République a assisté au défilé, entouré de son équipe gouvernementale et des présidents du Sénat et de l’Assemblée nationale, Jean-Pierre Bel et Claude Bartolone.

Le retour dans la lumière de la première dame a donc été minutieusement préparé afin de renvoyer le «tweetgate» aux oubliettes, après un nouveau rebondissement cette semaine avec les propos peu amènes de Thomas Hollande envers sa «belle-mère» dans Le Point.

En déplacement à Brest dans l’après-midi avec le chef de l’État, Valérie Trierweiler a tenu à clore elle-même la polémique, sur le ton de l’humour.

Le président,connu pour détester parler de sa vie privée, a lui-même abordé le sujet dans sa première grande intervention télévisée de son quinquennat, retransmis sur TF1 et France 2 à l’issue du défilé.

«C’est pour cela qu’il doit y avoir des règles». Source



Vous pouvez aussi aimer

Laisser votre commentaire