Dans l’Essonne, une collégienne tuée alors qu’elle s’interposait

Une collégienne de 14 ans a été tuée lundi 22 février d’un coup de couteau dans le ventre lors d’une rixe entre deux bandes rivales à Saint-Chéron, dans l’Essonne, a indiqué ce mardi le parquet d’Évry à l’AFP.

Le ministre de l’Intérieur Gérald Darmanin a annoncé l’envoi dès mardi soir dans ces deux villes de renforts des forces de l’ordre: 60 gendarmes à Saint-Chéron et 30 policiers à Boussy-Saint-Antoine ou un autre adolescent de 14 ans est mort mardi à la suite d’un nouvel affrontement entre bandes de jeunes dans l’Essonne, moins de 24 heures après le décès de la collégienne de 14 ans.

Un plan de lutte contre les bandes violentes a été lancé en 2010 par la préfecture de police de Paris, avec la création d’une cellule qui suit ce phénomène sur l’ensemble de l’agglomération parisienne (capitale et petite couronne).

À LIRE AUSSI >> Sur le territoire, Gérald Darmanin veut revoir la répartition de la police et de la gendarmerie

Depuis cinq ans, le nombre de bandes apparaît cependant stable, tant sur l’agglomération parisienne que sur la capitale, souligne-t-on de source policière, en précisant que “46 bandes actives” ont été recensées dont” 15″ à Paris.

Six jeunes -âgés de 13 à 16 ans- ont été placés en garde à vue. Trois d’entre eux avaient été interpellés dans une gare tandis que trois autres s’étaient rendus spontanément à la gendarmerie.

Il faut arrêter la complaisance envers les enfants et les traités quel que soit leur ages comme des adultes.

Inscrivez-vous à notre lettre d’information




Vous pouvez aussi aimer

Laisser votre commentaire