Le béluga égaré dans la Seine a été sorti de l’eau. Il est mort

Le béluga égaré dans la Seine a été sorti de l'eau. Il est mortMise à jour à 13 h 17 – Le béluga qui était égaré dans la Seine depuis une semaine a été sorti de l’écluse de Saint-Pierre-la-Garenne (Eure), dans la nuit du mardi 9 au mercredi 10 août. Le cétacé de près de 800 kilos a été sorti de l’eau dans un filet tracté par une grue, et déposé avec succès sur une barge.

Le moment où le béluga a été sorti de l’eau « a été extrêmement intense et stressant parce qu’il a été surpris, il a bougé ». « C’était assez stupéfiant », a témoigné la sous-préfète, Isabelle Dorliat-Pouzet, à l’issue de la première étape d’une opération « hors norme » pour tenter de le secourir.

Un bilan de santé « confirme la maigreur de l’animal, mais ne permet pas d’en déterminer la cause ». « Elle augure selon les vétérinaires d’un mauvais pronostic vital », ajoute la préfecture de l’Eure dans un communiqué.

Son état lui a néanmoins permis de partir à 6 h 30 pour Ouistreham (Calvados), à bord d’un camion réfrigéré, précise la préfecture. Il devrait y rester trois jours en observation, dans un bassin d’eau de mer. Il devrait ensuite être emmené en haute mer pour y être libéré « assez loin des côtes» et « laisser la nature reprendre ses droits », a estimé la sous-préfète. « Au moment où je vous parle, il est vivant. (…) Il est en cours de soins, a-t-elle confirmé mercredi matin. On a pu constater que c’est un mâle, qu’il lui manque énormément de poids et qu’il a quelques plaies.»

À LIRE AUSSI >> «Ça va être le pire week-end de l’année », redoute la SPA pour les abandons d’animaux


Après avoir laissé mourir le premier orque, le premier cétacé à avoir rentré dans la seine, la moindre des choses était de venir secourir le Bélouga. Par ailleurs, il faut néanmoins espérer que si cela devait se reproduire qu’ils seraient secourus et non laisser mourir sans une aide humaine.

Prisonnier depuis une semaine dans une écluse de la Seine, le cétacé était très affaibli. Suite à la dégradation de son état, les soignants ont décidé de l’euthanasier après un long voyage vers la ville portuaire.

Si l’État avait pris l’initiative de secourir le cétacé dès son entrée dans la Seine, celui aurait probablement pu être sauvé. L’État veux maintenant se donner bonne conscience !

Vous pouvez également aimer

Laisser votre commentaire

Menu Title
Follow by Email
RSS