25 juillet 2024

Votre Actualité au Quotidien

politique, médias, religieux, sport …Allez à l'essentiel

Les marées d’algues vertes en Bretagne

Les marées d'algues vertes en BretagneCes marées sont un fléau qui défigure les côtes bretonnes depuis plus d’un demi-siècle. Les fausses informations circulent toujours sur l’origine des échouages massifs de ces plantes aux effets néfastes pour l’environnement et la santé.

Certaines des allégations pointent la responsabilité du phosphore, généré par les activités humaines, rejeté dans la mer et qui favoriserait la croissance et la prolifération de ces algues.

« Accuser les apports excessifs de phosphore d’être la cause des marées en ne parlant pas de ceux d’azote est contraire à la réalité biologique : l’ulve est une algue nitrophile [poussant dans un milieu riche en nitrate, une des formes de l’azote] qui a surtout besoin d’azote, et beaucoup moins de phosphores », réagit Alain Ménesguen, anciennement océanographe et biologiste à l’Ifremer, qui figure parmi les scientifiques qui ont contribué à l’avis de 2011. La réduction de ces apports « liés aux activités agricoles et d’élevage reste l’objectif le plus pertinent pour limiter la prolifération des algues vertes », concluent les auteurs du document.

Le chercheur avait d’ailleurs établi dès 2003 dans un rapport (PDF) le lien entre l’augmentation des concentrations d’azote dans l’eau de mer et la prolifération des algues.

Comme expliquer une telle concentration ? « Les sources d’azote proviennent soit de la fertilisation (engrais azotés), soit de résidus organiques issus de l’élevage, du lisier de porc », explique Philippe Potin, chercheur au CNRS à la Station biologique de Roscoff (Finistère).

« La part agricole représente au moins 90 % des apports azotés» venant créer les marées vertes, souligne le rapport de 2012 remis aux ministères de l’Écologie et de l’Agriculture.

À LIRE ÉGALEMENT >> L214 dénonce les maltraitances animales dans un élevage de porcs mis en avant par Herta

D’après l’Agreste, service statistique du ministère de l’Agriculture, 58 % des porcs français sont bretons !

Les scientifiques le soulignaient déjà en 2011 dans leur réponse au préfet de région de Bretagne. « Même si les rejets domestiques méritent d’être toujours plus maîtrisés (…). Ils ne constituent pas en Bretagne la principale source d’azote responsable des marées vertes », écrivaient-ils.

N'hésitez pas à nous suivre et à nous aimer :

Laisser votre commentaire

Envoi par email
RSS