Sûreté nucléaire : des préconisations du rapport d’enquête créent la polémique

Sûreté nucléaire : des préconisations du rapport d’enquête créent la polémique. Très attendu, le rapport de la Commission d’enquête sur la sûreté et la sécurité des installations nucléaires doit être remis officiellement ce jeudi.

Elles vont de la lutte contre «les risques d’endogamie» des expertises faites par des techniciens victimes de l’entre-soi, jusqu’à doter l’Autorité de sûreté nucléaire (ASN), autorité indépendante en charge des contrôles, de «pouvoirs d’injonction et de sanctions» supplémentaires à ses pouvoirs de sanctions pécuniaires et d’astreinte insuffisamment appliquées selon le rapport.

Partant des mesures post-Fukushima entrées progressivement en vigueur, ce document de près de deux cents pages dresse un état des lieux plutôt sévère du secteur entre des exploitants – EDF en tête – «devenus dépendants de leurs sous-traitants», qui ont perdu «la maîtrise technique de certaines opérations» avec à la clé une «dilution des responsabilités» et «une formidable pression exercée sur les prestataires».

Se fondant sur 48 réunions et auditions ainsi que sur des déplacements, son rapport pointe du doigt la gestion des nouvelles menaces qui pèsent sur les centrales françaises (résistance des piscines en cas d’attentat terroriste ou en cas de chute d’un avion, sécurité des convois routiers dont les trajets sont trop prévisibles)…

Autant de mesures qui ont suscité l’ire de députés de tous bords, membres de la Commission, dont Julien Aubert.

A lire également : Le planb banlieue de Jean-Louis Borloo ne sera pas présenté mardi 27 mai




Vous pouvez aussi aimer

Laisser votre commentaire