Sanitaires : pourquoi le gouvernement attend-il le 6 mars pour prendre de nouvelles mesures ?

Jeudi 25 février, lors de la conférence de presse sur l’évolution de l’épidémie, Jean Castex a annoncé vouloir attendre jusqu’au 6 mars pour prendre de nouvelles mesures sanitaires.

Dans un message posté sur Twitter, Mahmoud Zureik, professeur des universités et praticien hospitalier en épidémiologie et en santé publique, explique que « dans une épidémie avec une évolution défavorable, dire à l’avance qu’on va attendre 10 jours (quoi qu’il arrive) pour décider, c’est courir à l’échec et courir toujours derrière le virus ! ».

« Nous voulons voir si la tendance se confirme, s’il y a bien une adéquation entre les prévisions, ce qu’on voit sur le terrain et donc une nouvelle vague », a déclaré un membre du ministère de la Santé au quotidien, avant d’évoquer une raison plus politique et sociologique : « Nous voulons aussi prendre le temps de la concertation avec les élus pour avoir la plus grande adhésion possible sur de futures mesures. Alors, pourquoi attendre ? Face aux réticences des épidémiologistes, le gouvernement considère que la dégradation d’indicateurs ces derniers jours dans plusieurs départements est trop « récente », rapporte Le Parisien.

À LIRE AUSSI >> Les prochaines élections régionales et départementales auront lieu les 13 et 20 juin 2021

Cependant, les épidémiologistes et professionnels de santé sont sceptiques face à cette décision du gouvernement. Au micro de RTL, l’infectiologue et cheffe du service des maladies infectieuses de l’hôpital Saint-Antoine à Paris, Karine Lacombe, a déclaré : « C’est reculer pour mieux sauter.

Inscrivez-vous à notre lettre d’information




Vous pouvez aussi aimer

Laisser votre commentaire